logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

30/08/2010

Jeunes années 9 - Ecole Communale!

(Il est difficile de mettre de l'humour dans des souvenirs qui n'en évoque aucun ! Heureusement il y avait ces fameuses Grandes Vacances pendant lesquelles je m'empressais d'oublier la rentrée et l'année scolaire. Ce n'était pas d'apprendre qui me pesait, au contraire, c'était d'être obligée de le faire loin de "la maison", au milieu de personnes étrangères de tous âges, dans un endroit peu attrayant. C'était trop grand, trop sonore, ça ne sentait pas bon, c'était de la contrainte...)

L'école communale

Un matin, Maman me fit lever plus tôt que d'habitude. Elle me débarbouilla, m'aida à m'habiller et me fit un café au lait avec une ou deux tartines, le brouillard a recouvert ces instants. J’étais déjà pétrifiée de terreur et d’incompréhension.

Dehors la rue était encore sombre. Il faisait froid. Comme j'allais m'en rendre compte, il ferait froid tous les jours.

Triste Ecole commun..jpg
Le premier souvenir d'école, c'est dès l'arrivée, une foule d'enfants bruyants et de mères jacassantes. Un hall plein de vacarme et de monde. Un préau gigantesque à mes yeux d'enfant, au plafond haut comme celui d’une église, avec des adultes immenses, des ogres, et une multitude de petits singes qui piaillaient et discouraient à tue-tête, des monstres. Je n'en ai vu aucun pleurer, j'en ai vus pleins d'entrain, j'en ai vus embrasser leurs mères, parler avec elles. Ca piaillait, c'était assourdissant.

Des pères, y en avait-il ? Le mien était à la maison, devant son établi, visible d'en bas, du trottoir d'en face, du côté impair de la rue. Loin, bien loin ce matin.

J'étais tétanisée, totalement incapable de comprendre pourquoi j'étais là et pour quelle raison obscure Maman était sur le point de lâcher ma main pour m'abandonner dans cet endroit inconnu. Tout me paraissait étranger, laid, abrutissant, sans issue. Je n'arrivais plus à respirer. J'ai eu mal au ventre et n’ai jamais cessé depuis de faire de la spasmophilie !

Maman m'a fait un sourire aussi contrit que celui qu'elle avait fait à la femme qui nous avait accueillies, une surveillante ou peut-être la directrice de l'école. Elle est partie plutôt vite, me disant au revoir avec cet air de commisération amusée et un peu gênée qu'elle prenait quand elle se montrait gentille avec moi devant des tiers. J’avais souvent l’impression de la gêner, je me faisais toute petite, pour ne pas prendre de place. Il me semblait que je n’étais “pas comme les autres”, même en n’ayant pas d’élément de comparaison. Je ne sais pas si ma soeur aînée avait été, elle aussi, considérée ainsi. Pour Maman, nous étions peut-être tous pas comme les autres, c'est à dire, pas comme elle, pas comme sa famille : les enfants et Papa, des pièces rapportées. C’est dur à dire, mais c’est ce qui s’est inscrit là-haut dans ma “petite chambre de bonne” (comme Roland Magdane appelle le subconscient!)

Je ne sais rien de ces premiers jours d'école qui ont été si pétrifiants qu'ils ont gelé ma mémoire.

Comme j'apprenais vite et que j'avais envie avant tout de lire, j'ai appris à lire et à écrire en un temps record. A dessiner aussi. A jouer dans la cour avec les petites filles. A être la première, la seconde ou la troisième, mais surtout pas souvent la quatrième et jamais la cinquième de la classe.

Entre sept et dix ans, avant que je n'entre en sixième, les souvenirs s'enroulent pêle mêle.

(A suivre...)

Photo : dans mes yeux d'enfant on voit combien j'avais envie d'être ailleurs !

 

15:39 Écrit par Hélène Merrick dans Livre | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : feuilleton vécu, baby boom, années 50

Commentaires

Comme elle est belle notre "fée écolière"!!! Et même si elle se demande ce qu'elle fait là plutôt que d'aller pêcher la truite, deux grands yeux noirs intelligents nous fait bien comprendre que rien ne l'arrêtera pour démontrer aux autres, qu'elle existera coûte que coûte!! Bravo Hélène!! LA vie est une lutte permanente!! BISOUS FAN

Écrit par : FAN | 30/08/2010

Une petite fille brune qui m'en rappelle une autre sauf que moi, c'était une nourrice qui me menait à l'école et je restais rarement une année entière dans la même école. Je ne risquais pas d'être dans les 3 ni même les 5 premières de la classe.
Que tu avais le coeur gros. En étant bonne élève tu prouvais que tu étais autrement que les autres.
Bises
Geneviève

Écrit par : Geneviève | 30/08/2010

Eh oui ! Des enfances et des adolescences difficiles, tristes, dont on met du temps à se remettre... Mais tu avais la volonté de t'en sortir, bravo.

Bises,
Aliette

Écrit par : Aliette | 30/08/2010

Coucou la fée Hélène !

Mon souvenir du premier jour d'école , je pleurais et comme tu dis il y avait un bruit assourdissant et ce bruit résonnait sous le préau et me faisait peur , alors je pleurais plus fort
et c'est cette impression qui me reste du loin de mes souvenirs .

Bonne soirée avec l'homme bizoux Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 30/08/2010

Moi aussi je n'avais guère aimé les premières rentrées scolaires, mais la satisfaction de mes parents, au vu de mes résultats, m'a aidé à surmonter ces appréhensions...

Bonne journée,
Gérard.

Écrit par : CHAP | 31/08/2010

Je ne me souviens plus du tout de mes premières journées d'école C'est étrange...
Cela a peut être été facile car c'était dans un tout petit village où tout le monde se connaissait
j'ai de suite aimé l'école ça je m'en souviens
Mon enfance n'a pas été tres facile, je pense que cela m'ouvrait une porte vers autre chose
Bises Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 31/08/2010

De beaux souvenirs Hélène.Tu étais bien plus douée que moi car si je me souviens bien il m'était arrivé d'être dernier un trimestre et d'être premier le trimestre suivant après avoir reçu un bon coup de pied aux fesses parfaitement justifié d'ailleurs.Bises

Écrit par : heraime | 01/09/2010

Je réfléchis:peut être ces premeirs souvenirs-un peu angoissants-sont liés au fait que tu habitais dans une grande ville..

j'ai vécu dans un petit village de 500 âmes:l'école était en face du magasin tenu par mes parents.J'arrivais chaque matin la première, ensuite arrivaient les filles qui avaient pour la plupart d'entre elles effectué un parcous de 3 ou 4 km reliant leur ferme à l'école.

J'ai vraiment adoré cette petite école et ai en mémoire un souvenir précis:lorsque nous apprenions à compter,une fille assez "handicapée" ne parvenait pas à dire huit mais dhuit..je ne comprenais pas pourquoi.

Et puis l'odeur du bois dans le poële..


Besos

Écrit par : betty | 05/09/2010

To école communale était comme toutes celles des villes....triste et grise, avec un grand préau où l'on jouait à la marelle. Combien de fois ai-je lancé le galet...Hélas, j'habitais loin de l'école VALIN, plus d'lkm m'en séparait, et les matins d'hiver, c'était dur dur...d'arpenter la longue rue Villeneuve, et ensuite les quais, preque sur le port aux deux tours. A midi, je déjeunais chez mes grands parents, prés de l'école, et je me souviendrai toujours de mon menu préféré: des sardines à l'huile, pommes de terre et dessert invariable : des nonettes...Ils ne roulaient pas sur l'or,mais çà suffisait!

Depuis...j'adorde les sardines à l'huile, souvenir d'enfance tenace?????


A bientôt, tes exploits d'écolière qui grandit...


Bises
hélène

Écrit par : hélène | 06/09/2010

To école communale était comme toutes celles des villes....triste et grise, avec un grand préau où l'on jouait à la marelle. Combien de fois ai-je lancé le galet...Hélas, j'habitais loin de l'école VALIN, plus d'lkm m'en séparait, et les matins d'hiver, c'était dur dur...d'arpenter la longue rue Villeneuve, et ensuite les quais, preque sur le port aux deux tours. A midi, je déjeunais chez mes grands parents, prés de l'école, et je me souviendrai toujours de mon menu préféré: des sardines à l'huile, pommes de terre et dessert invariable : des nonettes...Ils ne roulaient pas sur l'or,mais çà suffisait!

Depuis...j'adorde les sardines à l'huile, souvenir d'enfance tenace?????


A bientôt, tes exploits d'écolière qui grandit...


Bises
hélène

Écrit par : hélène | 06/09/2010

To école communale était comme toutes celles des villes....triste et grise, avec un grand préau où l'on jouait à la marelle. Combien de fois ai-je lancé le galet...Hélas, j'habitais loin de l'école VALIN, plus d'lkm m'en séparait, et les matins d'hiver, c'était dur dur...d'arpenter la longue rue Villeneuve, et ensuite les quais, preque sur le port aux deux tours. A midi, je déjeunais chez mes grands parents, prés de l'école, et je me souviendrai toujours de mon menu préféré: des sardines à l'huile, pommes de terre et dessert invariable : des nonettes...Ils ne roulaient pas sur l'or,mais çà suffisait!

Depuis...j'adorde les sardines à l'huile, souvenir d'enfance tenace?????


A bientôt, tes exploits d'écolière qui grandit...


Bises
hélène

Écrit par : hélène | 06/09/2010

Bonjour fée Hélène:à présent je sais pourquoi tu te réfugies dans l'imaginaire....tu me rappelles une autre petite fille aux yeux noirs enfermée dés l'âge de 5 ans ,seule,si seule dans ses pensions,mais avec ses livres et ses lutins...

Écrit par : christiane | 21/09/2010

Comme quoi les premiers contacts avec l'école sont si importants. Une première journée mal ficelée t'a laissé pour la vie de la spasmophilie. Mais comment les parents, qui avaient connu dans leur enfance des situations bien pire, pouvaient ils anticiper ? Tu racontes bien l'immensité des choses dans les yeux d'une fillette de 6 ans.

Aujourd'hui, la rentrée des "nouveaux" se fait séparemment de celle des anciens, pour que les premiers s'habituent à LEUR école sans le piallement des autres qui y ont trouvé leurs marques. C'est un progrès, mais sans doute, il doit y avoir encore des petites filles terrorisées qui un jour, raconteront leur première journée d'école, froide et inquiétante dans une cour trop grande !!!


Bises du grillon

Écrit par : Christian | 03/10/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique