logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

06/09/2010

Jeunes années 11 - Friandises !

Friandises

 

Près de l’école, il y avait une boulangerie où je m’arrêtais souvent, seule ou avec Betty, avant d’aller en classe. Maman me donnait quelques sous, et j’achetais un rouleau de réglisse, avec au milieu un bonbon rouge en forme de petite bille. Après je mangeais ce ruban noir en le déroulant lentement, quelquefois je le terminais avant que la maîtresse ne nous disent à toutes de nous asseoir, de nous taire et de sortir nos cahiers, ou en cachette pendant qu’elle avait le dos tourné.

Les autres sucreries que j’adorais : les réglisses Florent dans leur boîte en fer ; je ne pouvais avoir que la petite boîte, pas la grande ronde, mais la petite me plaisait plus ! Les réglisses étaient en forme de cônes, ou de carrés ou de bâtonnets, et la boîte contenait quelques carrés vanillés blancs, souples comme des caramels, c’était un délice !

fillette lutin.jpg Toujours à l’époque de l’école communale, j’ai pu goûter au Mistral, un sachet de papier contenant une poudre anisée qu’on aspirait avec une paille ! Un vrai délire ! J’avais convaincu une copine qu’au pluriel il fallait dire des « mistraux », et elle l’a fait devant la boulangère médusée.

Il y avait aussi les roudoudous, du bonbon collé dans un vrai coquillage, pas encore du plastique, et un jour sont apparus les boules de noix de coco, toute friandes, tout en vraie noix de coco, un peu comme du râpé !

Evidemment de temps en temps, un carambar ou un gros chewing gum rose à faire éclater.

Quand Papa allait livrer ses travaux, il revenait des Grands Boulevards avec un sachet de caramels mous aux noisettes, c’était à tomber par terre.

J’ai l’air comme ça de m’être empiffrée de gourmandises,mais en fait, non, on ne mangeait pas beaucoup en ce temps-là, un petit-déjeuner, un déjeuner très simple et le dîner, tout aussi simple, genre soupe et yaourt. On était habitué. Il n’y avait pas de sandwiches à 10 h à la récréation et pas de goûter à 3 h, pendant la récré de l’après-midi. Pas d'enfants obèses, pas de gros parents !

En rentrant à 4 h1/2, j’avais un peu faim, je me faisais une tartine de bleu d’Auvergne, pas de roquefort, hors de prix. Et tout allait bien de ce côté-là ! C’était bon.Mistinguett.jpg

A propos des saveurs, j’ai adoré le vrai lait, celui que j’allais chercher chez le crémier. Il plongeait une longue louche dans un compartiment de son comptoir et en ressortait un litre qu’il transvasait dans le pot à lait apporté par les clients. Un peu plus tard on a eu du lait en berlingots, l’extase, on coupait un coin et des morceaux de crème en tombaient tellement il était « entier » ! Je ne peux plus en boire maintenant, mais pour moi le lait c’est la nourriture ultime, celle que j’emporterais sur une île déserte de préférence à toutes les autres. Je m’égare, je m’exalte !

Figurez-vous que dans une des petites classes, le matin on nous apportait systématiquement un demi-litre de lait « stérilisé », dans une bouteille de verre avec goulot étroit. C’était Mendès France ( ?) qui avait décrété que les enfants devaient absorber du calcium pour bien grandir. Ca m’allait très bien ! On nous donnait un morceau de sucre qu’on laissait fondre dans la bouche en buvant le lait.

Aïe ! Moi c’est pas une madeleine, c’est du lollo, du bon lollo ah ah ah !!! Il paraît que Maman en avait marre de m’allaiter, c’est vous dire ! A cinq ans, je trimballais encore un biberon juste pour faire ch… les grands en dehors du fait que ça m’éclatait un max - pour parler « moderne ».

« Le Lait ! », comme dit Jean-Pierre Amont dans Drôle de Drame, ma bibine à moi !!!

(A suivre !) 

Photo : Mistinguett, à croquer!

 

16:12 Écrit par Hélène Merrick dans Livre | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : feuilleton vécu, baby boom, années 50

Commentaires

Pas très gourmande de sucré....mes parents n'achetaient pas souvent des bonbons. La vraie friandise que j'aimais par dessus tout, c'était l'orange (une seulement) achetée avec la "pièce" donnée par mon grand père....

C'était le soleil du jour!

Je continue à te lire avec plaisir....ta narration est simple et j'aime...


Bises
hélène

Écrit par : hélène | 06/09/2010

Le lait !! soit... je veux bien ...
N'empêche que notre véritable boisson nationale, c'est toujours et encore le pinard ...
Connais tu la sacro-sainte chanson ?

" Jeune marmot, bois le lait de ta mère
C'est ton devoir, mais songe que plus tard,
Cette boisson te paraîtra z'amer,
Un vrai poilu ne boit que du pinarddddd....

Le pinard c'est de la vinasseuuuuuuuuu...
Ça réchauff' là oùsque ça passeuuuuuuu
Vas-y, Bidasse, remplis mon quart
Viv' le pinard, viv' le pinard ! "

Écrit par : Zorg | 06/09/2010

Ah ben oui, les bombecs!!! En Primaire, sur le trottoir face à l'école, trois épiceries achanlandées de toutes sortes de douceurs que tu me remets en mémoire!! Mes préférés? les boites de poudre de réglisse que l'on suçait goulûment mais discrètement en pleine bouche afin que la salive fasse sortir petit à petit le jus délicieux!!! Ou alors, les bâtons de réglisse que l'on s'escrimait à sucer pour faire sortit le jus jusqu'à ce que ce bâton deviennent une touffe de filaments horribles!!! Oui, nous avions aussi, les sucettes Pierrot Gourmand à la menthe!!! En revanche, je n'aimais pas trop le lait, (la crème épaisse qui nageait en morceaux dans mon bol me faisait vomir) C'était celui qui venait directement du pis de la vache et que j'allais chercher à la laiterie dans le fameux pot métallique avec son anse en bois, balançée allègrement lorsqu'il était "à vide"!! Mais ce que j'aimais c'est lait caillé que la mère faisait avant que la yaourtière existe!!Tu connais??? BISOUS FAN

Écrit par : FAN | 07/09/2010

Nous aussi nous allions à la laiterie du village et nous avions du lait frais, du beurre frais.
Sur la route de l'école il y a, où que tu ailles, une petite épicerie achalandée d'une multitude de bonblons et c'était l'arrêt obligatoire au sortir de l'école.
Sucettes, réglisse, cachou.... le bon temps quoi.
Bises Hélène et continue de nous faire se souvenir.

Écrit par : pimprenelle | 09/09/2010

Ah!les réglisse Florent:petites boitse rondes,en métal, rouges..et à l'intérieur ces fanatisies côniques et carrées avec,le sommum des sommum, ce morceau mou ,clair, parfumé à la vanillel!!Retiens moi, je tombe!

Ah,Mistinguette,c'était l'bon veiux temps!ça vaut toutes les madeleines proustiennes!

Pour le goûter:pain avec quelques carrés de chocolat Meunier et l'hiver un bol de chocolat au lait avec du pain coupé dedans.Et je ne suis pas obèse.

Tout est question d'équilibre;j'ai vu récemment un reportage aux info télévisées sur le manque de plaisir associé à ce que d'aucuns nomment le " mieux manger"(pour le goûter,un enfant mangeait un épis de mais:POUAH! Pauvre gosse!).

Vive les sucettes!Faisons une manif pour le chocolat,les calambars,malabars!


Bises gourmandes

Betty

Écrit par : Betty | 09/09/2010

je ne me souviens plus que des vrais coquillages qui contenaient du bonbon archi dur, le passage boulangerie, c'était le matin pour acheter un pain de gruau pour amener à la cantine car chaque enfant devait apporter son bout de pain pour éviter le gaspillage !Ce petit pain de gruau etait tendre un peu sucré et surtout avec de belles torsades ! c'est grace à ce petit pain que j'ai pris l'habitude de manger sans pain à table , en effet je le mangeais sur le chemin de l'école , 5kilomètes cela creuse
pour le reste la gourmandise est venue en des jours plus fastes ,quand notre collège est devenu lycée, il se vendait des pains au chocolat au profit de la coopérative scolaire , a l'interclasse de 10h, hélas j'ai bavé très bravement devant le panier car je n'ai jamais reçu les 30 centimes permettant d'en avoir un. Pourtant une fois, quaand ce fut le tour de notre classe de les vendre, avec ma copine nous nous sommes servies royalement sans payer et avons englouti chacune au moins trois petits pains!
"le trou dans la caisse madame la surveillante on sait pas, peut être il ya un trou dans le panier!"
"plus bête que vous je n'ai jamais vu, nous fut 'il répondu, vous vous êtes fait voler sans rien y voir!"
bises

Écrit par : josette | 11/09/2010

"un rouleau de réglisse, avec au milieu un bonbon rouge en forme de petite bille"
Alors là , c'est tout à fait regrettable parce qu'extrêment grave, nous sommes en complet désaccord sur le sujet ...
Il n'y avait pas dans ces rouleaux noirs que des bonbons rouges ...certains étaient jaunes , d'autres verts.....et j'en ai même vu des bleus .......
Je reconnais cependant que les bleus étaient un peu plus rares mais ce n'est pas une raison pour déformer des réalités historiques maintes fois vérifiées par mes soins ...
Mais ou va t'on ?? franchement je me le demande ...il y a vraiment de quoi se poser la question ...

Écrit par : Zorg | 11/09/2010

Coucou la fée Hélène !

Me revoilà pour venir déguster les friandises avec toi .
J'ai du retard dans la lecture sur ton blog et je vais essayer
de lire tout cela .....

Bonne soirée bizoux Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 18/09/2010

Bonjour Hélène,

Si certains de tes bonbons ressemblent à ceux de mon enfance, le réglisse était en bâtons qu'il fallait mâcher. C'est en pélerine, beret et grosses chausssures cloutées que le petit garçon se rendait au Lycée, un quart en aluminium accroché à la ceinture. Le nom était gravé dessus, précaution utile dans les bagarres où on pouvait le perdre. A midi, au réfectoire ( la cantine n'existait pas encore), une dame nous servait du lait (stérilisé je crois) dans le quart. Cela devait être en 1944 ou 1945, car ensuite, j'ai quitté ce Lycée.
Si Mendes France a recommencé "le verre de lait", c'est en 1954 ! A quelle période correspondent tes souvenirs ? L'après guerre ou 10 ans plus tard ?

Bises du grillon

Écrit par : Christian | 03/10/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique