logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

22/09/2010

Jeunes Années 13 - A l'Ecole Papillon !

LN petit portrait.jpg A l' Ecole papillon !

 

A l’Ecole Communale,pas d'écoles mixtes, que des filles ; nous étions disciplinées : en rang par deux, montez en silence, levez-vous, asseyez-vous, prenez vos cahiers, attendez la sonnerie pour vous lever, sortez en silence …

Pourtant, ce n’était pas l’horreur tous les jours. Une fois emmagasiné le principal : lire et écrire, (compter, je m’en foutais, sauf pour savoir comment acheter le réglisse, le pain ou Mickey !), à moi les livres de la bibliothèque. On nous les proposait une fois par semaine et je me jetais sur les contes et légendes. Je n’étais jamais en retard pour les rendre, parce que j’en voulais de nouveaux !

La plupart des maîtresses étaient gentilles et expliquaient bien. Je n’ai eu qu’une fois une remplaçante, qui ne nous connaissait pas et nous punissait à tour de bras sans distinction. Elle avait instauré un système « égalitaire » : chaque lundi, les filles du premier rang passaient au dernier, les filles du dernier rang avançaient d’un cran, et ainsi de suite, à la fin tout le monde finissait par s’être assis à tous les rangs au bout de quelques semaines. Sachant que les cancres aimaient mieux être au fond et les premières devant, c’était un supplice ininterrompu pour toutes.

Pour nous faire tenir tranquilles, elle ne nous disait pas de croiser les bras sur le pupitre, mais de les nouer dans le dos, c’était atroce ; chaque fois que je vois dans un feuilleton américain des flics arrêter un malheureux en le jetant sur le capot de sa voiture en lui tordant les mains dans le dos je pense à cette vilaine bonne femme. (J’ai une photo de classe de cette torture mais ne l’ai pas retrouvée ; à l’occasion, vous la verrez !)

Le reste du temps, j’étais à peu près bien, je travaillais, je faisais mes devoirs, j’étais sage, même si j’avais souvent envie de hurler et de partir au hasard en courant sans m’arrêter, comme … Forrest Gump !

A partir du mois de mai, la professeur de gymnastique nous apprenait des pas de danse pour le spectacle de fin d’année. Devant nos parents ébahis, nous nous trémoussions, toutes fières sur une estrade, sur des airs de Danses Polovtsiennes ou de polka, c’est bien loin tout ça ! Je me demande comment je peux encore m’en souvenir !

 

LN Papillon!.jpg

Une année on nous a fait jouer en chemise de nuit avec des bougies, nous étions des fantômes, une autre fois, nous avions des chapeaux chinois sur la tête et dansions un pas de trois, mais le plus chouette de tout, ce fut la fois où on m’a déguisée en papillon : pour la première fois de ma vie, j’ai été pour une photo, au centre, et ça reste pour moi « au centre du monde » ! Et en plus sur la scène, j’étais la première à apparaître en glissant sur une de ces danses polovtsiennes, madré de Dio !

 

Pourquoi un souvenir si vivace ? J’ai compris plus tard : étant la seconde enfant dans la famille, je trouvais normal de passer en second, et il fallait d’abord que mes parents et ma sœur soient « servis » (dans le sens « contentés ») pour que je m’autorise à l’être à mon tour.

Monter ce jour-là sur la pierre du milieu, dans la cour de l’école, choisie par le photographe parmi toutes les autres, ça reste mon « heure éblouissante ». A quoi ça tient, dites-moi, la confiance en soi, le manque de confiance en soi, le cas que l’on fait de soi, le peu de cas que l’on en fait ?!

Au mois de juin, juste avant les Grandes Vacances, il y avait aussi la remise des Prix, on donnait aux dix meilleures élèves un ou deux livres.

Je crois que c’est là que j’ai récupéré mes deux favoris : Les Contes Bleus et Les Contes Merveilleux. Les ayant perdus dans la tourmente de multiples déménagements, j’ai enquêté des années durant et ai fini par les trouver dans un village du livre, Fontenoy la Joute. Ils ne valent rien pour le commun des mortels, mais pour moi ce sont des trésors.

(A suivre ...)

 

18:41 Écrit par Hélène Merrick dans Livre | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : feuilleton vécu, baby boom, années 50

Commentaires

Tu étais sur la plus haute marche du podium ,de quoi être fière .Souvenirs ,souvenirs .Bises du forezien.

Écrit par : heraime | 22/09/2010

Coucou la fée Hélène !

Que de bons souvenirs l'école , moi comme je te l'ai dis c'était à la campagne mélangée avec les garçons . Nous avions des maîtres et sadiques les gars , à recevoir des coups de règle sur le bout des doigts mais moi comme toi j'étais sage et j'ai évité cette punition .

Bonne soirée bizoux Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 22/09/2010

Je n'ai eu (heureusement) qu'un seul instit un peu sadique qui nous tapait sur les doigts, à la volée, en passant entre les pupitres à toute vitesse !
Une seule fois puni à l'école primaire, deux fois collé au lycée et c'est tout ! Sûrement ai-je dû être trop sage ?

Tes commentaires, ce jour, sont tous passés : les commentaires sont modérés sur mon blog, c'est à dire que je reçois un mail de Blog50 m'avertissant qu'un comm a été posté et je peux l'accepter ou le rejeter.

Bonne soirée et merci de ta visite,
Gérard.

Écrit par : CHAP | 22/09/2010

l'ordre établi ,la hièrarchie ,les réglements
humeur et caprices des maitres/ esses
pas facile tous les jours à cette époque
d'étre sur de soi mème ...........
puis un jour les papillons prennent leur envol !
amitiès

Écrit par : ventdamont | 23/09/2010

Bonsoir Hélène,

La crhrysalide devenue papillon!fais attention à ne pas te brûler les ailes cependant:je plaisante bien sûr, mais au cours d'un spectacle de fin d'année,nous dansions sur" La danse du feu":j'étais déguisée en flammèche!

Lorsque tu relates les changements de rang,cela évoque un souvenir:en classe de sixième, comme j'étais fort dissipée ( ce qui n'a pas changé..),on m'avait mise au premier rang encadrée par deux filles sinistres.Mon triomphe:j'étais parvenue à les dévergonder.

Et comme je pouvais m'ennuyer en cours de physique;l'anode,la cathode,je m'en fichais royalement!

j'ai de meilleurs souvenirs du primaire dans unepeptite école à la campagne.

Bises et continue

betty

Écrit par : betty | 23/09/2010

Bonjour Hélène:tu as raison,cela tient à peu de choses la confiance (ou l'absence) de confiance en soi.Mais ces livres retrouvés,tu as du les chercher longtemps!
Merci pour ton offre,mais je n'ai pas trouvé ton adresse mail,par contre la mienne y est
Ce matin,je m'accroche à mon blog,pour ne pas perdre courage.Tes mots me rassurent,j'aime cette tendresse qui s'en dégage.
Bonne journée Hélène
christiane

Écrit par : christiane06 | 24/09/2010

Ho l Misse Hélèn:je viens de lire ton com et tes exploits au bac!

Je vais t'en mettre plein la vue:la marraine de mon fils qui est une amie très proche,était toujours étonnée lorsque je lui récitais par coeur les formules de chimie équilibrées( je n'y "pompais rien").
Et le comble du comble:au bac, en math, comme j'ignorais tout de la géométrie dans l'espace, j'ai dessiné une rosace et c'est tout.Et bien,je n'ai pas eu la note éliminatoire ( que je méritais..peut être, bien que..)mais 1/4 sur 20!

Enfin je terminerai par cet aveu à propos d'anode et cathode.J'avais écrit dans un premier temps iode et cathode;.mais quelque chose "clochant" quleque part,j'ai vérifié.Voilà un aperçu "off".

bises matinales

betty

(cette semaine je vais aller en ETTHIOPIE, chez notre ami Christian.j'ai commencé à lire son voyage:passionnant.Et je vais prendre le temps car c'est une véritable offrande qu'il nous fait))

Écrit par : betty | 24/09/2010

La vie était difficile et tres rigide à la maison alors pour moi l'école était un vrai bonheur J'y ai découvert l'amour des livres qui sont alors devenus mon refuge
Tu est bien jolie sur cette photo de jeunesse
Bonne journée Bises Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 24/09/2010

J'ai envie de chanter "au lycée papi, au lycée papi, au lycée, papillon.....!!" Ah tous les souvenirs de notre cursus scolaire, moi aussi, je peux en dire mais j'aime mieux te lire, c'est un peu comme le jeu du miroir!!! Et puis, en ce moment, j'ai quelques soucis avec l'homme déraisonnable, aussi, je suis aux aguets et plus nounou qu'écrivaine!!! BISOUS FAN

Écrit par : FAN | 24/09/2010

J'aime bien ces souvenirs d'école. Mais je ne me souviens pas qu' à l'école primaire les maîtresses aient été aussi sévères. Par contre dans le secondaire, nous avions une directrice qui ne plaisantait avec le "protocole".
Souvenirs, souvenirs...
Bises

Écrit par : pimprenelle | 25/09/2010

Quelle chance ont toutes ces blogueuses de pouvoir parler du "secondaire". Ce n'est pas mon cas et pour moi qui aimait tant l'école, apprendre, savoir, ce fut une cruelle déception de ne pas pouvoir aller en "sixième" comme certaines copines qui en étaient très fières.

Mais comme tu dis, c'est loin tout ça. Nous sommes maintenant plus près de la fin que du début...

Bises

Écrit par : Aliette | 26/09/2010

C'est vrai qu'être la numéro deux à la maison toute sa vie d'enfant demande beaucoup de patience.
Je comprends le sentiment de fierté ressentie en étant choisie pour être la première au théâtre. C'est d'ailleurs ce que je reproche au système français d'enseignement. Les élèves y sont trop souvent rabaissés, alors que l'on devrait les encourager sur leurs points forts et les faire travailler davantage là où ils sont bons.

Je te cite une anecdote vécue par une cousine institutrice. Elle a eu dans sa classe des gitans. Un jour, quand elle va pour sortir de sa classe, un couteau se plante dans la porte qu'elle tient. Au lieu de chercher le responsable, elle se retourne, enlève le couteau et félicite (sans le connaitre) celui qui sait si bien lancer les couteaux. Elle ajoute qu'elle voudrait bien apprendre à son tour, et qu'en attendant la première leçon, elle garde l'engin. Le gars est venu la trouver discrètement et elle a réellement appris à lancer les couteaux. Elle n'a jamais eu le moindre problème avec les migrants

Bises du grillon

Écrit par : Christian | 03/10/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique