logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

18/01/2011

Naissance d'un pruneau

Les Halles, le « Ventre de Paris », c’est là que j’ai poussé mon premier cri ! Les Pavillons Baltard, l’effervescence des marchés aux fleurs, aux viandes, aux fromages, les bistros et restaurants qui ne fermaient jamais. Il y en avait des victuailles dans ce Ventre, et comme les travailleurs, déchargeurs, vendeurs, transporteurs, des fêtards emplissaient la nuit d’exclamations joyeuses ou impatientes. Ils venaient avaler une soupe à l’oignon après le théâtre ou le cabaret. Les garçons de la rue sifflaient les belles dames en robes du soir, lançaient des propositions amoureuses ; entre deux tâches, ils riaient, ils fumaient, ils buvaient, mais reprenaient vite leur charge ; ils soulevaient inlassablement ces cageots pleins de légumes et de fruits, ces grandes carcasses de bœufs, ces plantes…Des centaines d’odeurs, de senteurs et de parfums enveloppaient cette effervescence. La vie.

Gros bébé LN plage.jpgLa vie, Maman me l’a donnée en catastrophe. Elle a été surprise, mal au ventre, vite, Papa, ton fils va naître, vite vite ! Il n’y avait aucun moyen de se transporter à la maternité autre qu’à pied, dans ces rues encombrées. Papa et Maman ont couru, autant qu’ils le pouvaient, à travers le quartier du Marais, pour arriver en grande panique rue Rambuteau. Une rue plutôt étroite agitées par les livraisons, les magasins d’alimentation à touche-touche, les camions bouchant les issues.

A la maternité, la sage-femme a dit : « Oh mais y a plus de place ! Qu’est-ce que vous avez toutes à accoucher en même temps ?! » Elle a poussé Maman en vitesse sur un lit de camp, expédié Papa fumer ses gitanes dans le couloir. Il était dans tous ses états, tellement fou amoureux de sa femme, tellement adorateur de sa première fille, inquiet pour elles. Il voulait un petit garçon, cela faisait sept ans qu’il tannait ma mère pour qu’elle accepte de faire un deuxième enfant. Pour une raison mystérieuse, il voulait le prénommer Jean-Claude.

C’est moi qui suis sortie, impatiente et hurlante, balançant des coups de pied à tout va, sous les acclamations de la sage-femme qui a bramé : « C’est un pruneau ! »

Perplexe, Maman a vaguement émergé de ses efforts et s’est demandé à quoi pouvait bien ressembler ce pruneau dont elle avait mis bas.

Papa, même pas déçu, a cavalé à la mairie pour enregistrer sa fille, oubliant qu’il avait rêvé d’un héritier pour lui succéder devant sa planche à fourrure. Artisan-fourreur. A l’époque, il faisait vraiment froid, il n’y avait pas de chauffage dans les maisons et appartements. Les femmes rêvaient de se réchauffer dans les fourrures, elles achetaient selon leurs moyens, le mouton doré et le lapin étant les moins chers. La « conscience écologique » et les fourrures synthétiques n’allaient pas fondre de sitôt sur les malheureuses frigorifiées.

Le « pruneau » nouveau-né allait se voir gratifié(e) de quatre prénoms, pour faire plaisir à plusieurs membres de la famille, et d’un dérivé du fameux « Jean-Claude » pour contenter Papa.

N’ayant effectivement plus de place dans sa clinique, la sage-femme a réclamé une valise à une infirmière. Elle l’a posée entre deux fenêtres, au pied du lit de fortune de Maman, et c’est là que j’ai dormi pour la première fois. Quand on me demande où je suis née, je réponds « dans le Ventre de Paris, dans une valise ».

(A suivre…)

 

10:00 Écrit par Hélène Merrick dans Livre | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : souvenirs, baby boom

Commentaires

Coucou la fée Hélène !
Suis bête , mais pourquoi pruneau , tu étais toute rabougrie ?
Un vrai parcours du combattant la traversée des halles pour
tes parents et toi tu as dû danser la gigue dans le ventre de
maman au ventre de Paris , hi ! Bon mardi bizoux ,
Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 18/01/2011

Suite !
Je viens de lire ton com sur ma note nous nous sommes croisées .
Je suis comme toi facebook c'est impersonnel , j'y vais juste pour
voir ma famille et les amis qui ne viennent pas sur mon blog .
Condoléances pour ton ami . Bizoux Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 18/01/2011

Bonjour

Souvent, la nouvelle lune fait accoucher les femmes en grand nombre. Vérifie sur un calendrier (d'époque) si ce ne coïncide pas. La remarque de la sage-femme m'y fait penser.

Quant à pruneau ??? Je me perds en hypothèses. Ici, quand on dit : il a la figue, c'est que c'est un garçon. Mais je n'ai jamais entendu parler de prune pour une fille, mais plutôt d'abricot. Quoiqu'entre une quetche et un abricot, il y a quelques resemblances

Bises du grillon qui voit que ça commence bien.

Écrit par : Christian | 18/01/2011

Est ce que l'on dort mieux dans une valise que dans une mangeoire ,je me pose la question !
Bises Hélène

Écrit par : heraime | 18/01/2011

le petit pruneau était-il plein de cheveux noirs, nous ne savons pas, et la sage femme a depuis longtemps oublié cette naissance qu'elle a du raconter en rentrant chez elle :"plus un seul lit, plus un berceau, qu'est ce que tu voulais que je fasse, encore heureux qu'on ait pensé à la valise, sinon la pauvre gamine aurait été couchée dans la bassine des delivrances!"
et oui à l'époque les placentas ne finissaient pas leur carrière tartinés sur les visages via les produits de beauté, ils allaient à la poubelle dans un bassin emaillé.
Et voilà pourquoi notre Hélène écrit, on a tant de fois fermé la valise pour ne pas l'entendre brailler qu'elle a trouvé la parade.
bises et merci pour ce beau moment de vie!

Écrit par : mamedjo | 18/01/2011

Sympa le jour de ta naissance!!ëtre néE dans le ventre de Paris, c'est super, surtout à l'époque des Halles où ce quartier était généreux de toutes les fantaisies de la vie!!!Placée dans une valise!! Pourquoi pas!! mon ami, lui a été posé dans un carton à chaussures (grands -parents magasin de chaussures!!!) Moi, yé suis née sous les bombes!!Beurk, ma mère en vélo jusqu'à la clinique!!! Oups!!! c'est bon de se dire que l'on des choses à partager!!!A 20 ans, on se fiche des souvenirs, on les crée pour justement les raconter tant que l'on ne les a pas oublié!!!BISOUS FAN
PS: Pour lire les 4 positions j'ai écrit à Josette la marche à suivre!!! BISOUSSSSSSSS

Écrit par : FAN | 18/01/2011

Bah ! C'est bien un pruneau, c'est bon pour le... ventre, en plus !
Bonne soirée,
Gérard.

Écrit par : CHAP | 18/01/2011

Coucou Hélène:
Josette Mamedjo a compris pourquoi tu écrivais,tout est dit...
Bisous
Christiane

Écrit par : christiane06 | 21/01/2011

Ah! que voilà un "bien joli pruneau" à la plage. Un berceau en valise!!! devrait te faire beaucoup voyager. Bon WE amie hélène Bises du Noélus des "zalpes"

Écrit par : l'alpin | 22/01/2011

Bonsoir Hélène,

Enfin j'arrive..juste à temps pour assister à la naissance!!!!!!!!!!!!!!!

Tu as l'art de raconter car j'imagine le parcours de ta mère,l"affolement " de ton père..et la valise!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

(Anecdote:lorsque mon fils est né ,mon mari avait oublié la "valise du nouveau né":rien, pas une brassière de secours à la maternité!il a fallu réchauffer le bébé avec des bouillottes!!Et nous étions dans les années 80).

T'as pas trop froid à Paris???

Bises de ta dévouée Clarkounette

(Je viens de recevoir un cadeau:"Crimes,drogues,sexe et Rock'nRoll.Tu connais?)

Écrit par : betty | 24/01/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique