logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

01/02/2011

Un Broc et une Cuvette

Le Broc et la Cuvette

Un des souvenirs les plus persistants de mon enfance, c’est le froid.

bébé baignoire.jpg Ce n’était pas une calamité, mais un élément auquel on s’adaptait constamment. Aujourd’hui, je souris quand, dans un appartement surchauffé, quelqu’un se plaint d’avoir froid ! « Il y a des courants d’air, il faut calfeutrer les portes… »

Au milieu du siècle dernier, « à la maison », c’est-à-dire dans l’appartement, une seule pièce était chauffée, l’atelier de Papa. Il y avait un poêle à charbon. Chaque matin Papa le démarrait avec des journaux, des France-Soir chiffonnés en boules, le nourrissait avec du charbon et y jetait tous les déchets de fourrure.

Je vous ai parlé avec des trémolos de l’odeur à jamais délicieuse pour moi de la fourrure travaillée, eh bien, curieusement je n’ai pas de souvenir de mauvaises odeurs : le froid empêchait les gens de transpirer et personne ne sentait mauvais ! Même pas dans le métro. Il n’y avait pas de salles de bains, de douches, de baignoires dans les immeubles, pourtant on était à cheval sur la propreté.

Dans le cabinet de toilette attenant à la chambre de mes parents, il y avait une jolie cuvette en émail et un broc. Je me souviens des gants de toilette dont Maman me frottait le museau, les bras, soigneusement par petit bout, elle me lavait. Il n’existait pas de déodorant, et nous tous, toutes, nous sentions bon le savon. Une fois de temps en temps, tous les mois je crois, Maman décidait de me faire prendre un bain ; à côté de la cuisine il y avait une petite pièce qui servait de débarras. On y rangeait le « baquet », une grande bassine ronde en ferraille très lourde. Papa le transportait au milieu de la cuisine. Maman le remplissait d’eau chauffée sur le gaz et d’eau du robinet pour la refroidir si nécessaire.

L’opération m’était aussi agréable qu’éprouvante, surtout au début : il fallait se déshabiller dans cette cuisine glaciale, je grelottais, vite j’allais dans l’eau et ça faisait un choc quand même ! Une fois savonnée, rincée, Maman me sortait, et de nouveau, j’avais la chair de poule, je claquais des dents, le temps pour elle de me sécher, me frictionner d’eau de Cologne. Vite, m’habiller. Après je me sentais vraiment bien !

Les adultes, parents, grands-parents, allaient aux Bains Publics rue de Bretagne. Il y en avait un peu partout dans Paris, on payait quelques sous pour prendre une douche, un quart d’heure, ou un bain, une heure maxi.

Cet endroit sentait comme les piscines, avec en plus les vapeurs de savon et d’eau de javel. J’y ai accompagné ma Yaya une fois ou deux. Elle avait du mal à entrer et sortir de la baignoire, à cause de son poids, et trouvait qu’une heure c’était trop peu. Mon Papou y allait très souvent, c’était un dandy, tiré à quatre épingles.

Après les ablutions, le plus réconfortant c’était évidemment de se réfugier dans l’atelier, notre cocon à tous, le mien en tout cas, parce que je ne voyais pas encore les tumultes qui agitaient les cœurs et les esprits des Grands.

(A suivre…)

La photo est extraite de "Il y a un siècle... l'Enfance" de Ronan Dantec

 

 

 

13:57 Écrit par Hélène Merrick dans Livre | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : feuilleton vécu, baby boom, années 50

Commentaires

Eh oui!!! Le premier bain de luxe que j'ai connu, ce fut dans la baignoire sabot que papa avait installé dans le couloir de l'appartement tout en longueur de l'arrière boutique de l'épicerie-buvette que maman désirait tellement!! Sinon, le baquet, le savon et le claquage de dents, c'est du tout comme!! Désormais, si les enfants ne sont pas "décapés" "aseptisés" deux fois par jour, quelle horreur, pour les voisins sans doute!!! Autres temps, autres moeurs!! Mais je sais qu'il y a encore des pays où l'eau propre et saine est juste pour boire!!! Merci de si bien nous raconter une époque révolue en Occident!!BISOUS FAN

Écrit par : FAN | 01/02/2011

Comme il est doux de te lire,c'est comme plonger dans notre enfance.Racontes,encore et encore,tu le dis si bien!
Bonne soirée Hélène et gros bisous
Christiane

Écrit par : christiane06 | 01/02/2011

Bonsoir Hélène,

Clarkounette n'est pas morte mais juste transie de froid.

ah!l'odeur de l'eau de cologne que l'on appelait " le sent bon"(enfin,chez moi).
J'ai eu la chance d'avoir une baignoire à la maison car l'un de mes oncles avait une entreprise de chauffage, mais chez ma grand'mère c'était une toute autre histoire:le broc était en émail, blanc avec des fleurs rouges se détachant d'un feuillage vert" vif",et le "lavabo était une large cuvette en grès.Je m' y lavais le museau.

J'aimais bien le froid car le soir m'attendait le "moine" qui réchauffait le lit.

La narration de ton enfance me ramène toujousr à la mienne.

Enfance modeste mais si heureuse!

merci Hélène

ta toujours dévouée Clarkounette

Écrit par : betty | 01/02/2011

Bonjour Hélène

Si la première maison avait le chauffage central , les suivantes avaient des poêles ou des cheminées.
Je te vois bien claquant de dents à la sortie du tub !! Pas marrant, mais c'était comme ça
J'ai connu le froid pendant deux hivers en Ecosse, dans une maison sans salle de bains où il fallait se laver dans la cuisine. Et l'électricité se payait comptant avec des pièces de monnaie qu'on mettait dans le compteur. Des pièces de 2 shillings et pas une autre !! Parfois, en pleine séance, quand le petit chauffe eau de trois litres au dessus de l'évier avait tiré un peu trop, pouf ... plus de courant et il fallait grimper à l'étage dans le froid pour remettre une pièce en tatonnant dans l'obscurité pour trouver le compteur et sa foutue fente !! Et si la femme était sortie, c'est toi qui y allait à poil en plus !!!

Bises du grillon

Écrit par : Christian | 02/02/2011

Le baquet, le savon, les bulles et vas y que je te frotte en sortant de l'eau...
Pour aller aux toilettes c'était une aventure. Dans le jardin se tenait par quel miracle une petite cabine, un trou béant, du papier journal...la fosse secptique est toujours en place chez mes parents, les toilettes sont à l'intérieur, c'est moderne chez eux aujourd'hui.
Les premiers bains dans une baignoire offerte par mes grands-parents nous ravissaient. Les trois enfants un à chaque bout, les plus grands, les plus bêtes, laissant le plus jeune au milieu où il ne pouvait allonger les jambes. Aujourd'hui il va bien il est devenu champion de France courses à pied sénior. Finalement les bains lui ont peut-être été bénéfiques ?

Sourires d'Alsace

Écrit par : Charline | 02/02/2011

il y avait deux bassines chez nous et il me revient un tas de souvenirs en te lisant , allez au boulot il y a bien dans ma tête de quoi faire un petit texte sur la bassine in et le baquet out , bref sur le bain dedans et le bain dehors . merci pour cette idée que tu me souffles en m'éclaboussant..;Bon je suis bonne fille je te passe ma serviette nid d'abeilles , elle est toute chaude d'être restée tout le temps de mon bain sur la barre en cuivre de la cuisinière, elle a même brulé un peu, la barre rousse qui la traverse c'est le souvenir d'un feu d'enfer ,et son odeur bizarre, c'est celle du feu de coke !
bises

Écrit par : josette | 05/02/2011

je viens de passser un très bon moment sur ton blog à lire tes notes !
Continues comme ça c'est bien agréable !!
Bises de Nicole

Écrit par : Nicole | 11/02/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique