logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

13/03/2011

Au Concert Pacra !

 

pacra.jpgAu Concert Pacra

 

Au 10 du Boulevard Beaumarchais, stations de métro Chemin Vert ou Bastille, il y avait le music hall le plus populaire et le moins cher de Paris. Les gens du quartier de la « Bastoche » le fréquentaient assidûment et on venait de partout pour passer un bon moment, sans prétention, avec les artistes les plus variés. Maintenant c’est un cinéma avec trois salles MK 2, et comme avant, on entend le métro rouler sous le plancher !

J’y suis allée une fois, en 1965, avec une amie de lycée, Marie-Christine, qui s’était entichée de Barbara. Cette chanteuse brune, mince et mystérieuse, vêtue tout de noir, à la voix grêle et haut perchée, était l’anti-yéyé. Je préférais les Beatles et les Moody Blues, Tom Jones et Jean Ferrat, mais j’allais avec joie et avidité dans toutes les salles de spectacles que nous avions les moyens, parfois, de nous offrir.

Marie-Christine préparait un concours pour devenir professeur de musique, moi je suivais des cours de dessin à l’Académie Charpentier. Nous trouvions assez facilement des petits boulots pour étudiants, il existait un organisme d’emploi spécialement pour ça !Barbara.jpeg

Avec nos trois sous, nous sommes donc allées à Pacra, où Barbara passait en vedette. Apparemment, se produire à Pacra n’était pas très glorieux, mais c’était un début, un très bon début qui pouvait mener à l’Olympia. Barbara avait auparavant écumé les cabarets de la Rive Gauche, le Quartier Latin, comme beaucoup d’autres chanteurs, acteurs, comiques et artistes de music hall, Georges Brassens, Pierre Perret, Michel Serrault, Jean Poiret…

L’intérieur du concert Pacra était petit, rouge, avec un balcon arrondi à l’ancienne ; la salle était en rond, les sièges en bois, bien grinçants ; on nous dit que la dame là-haut, dans la loge près de la scène, venait systématiquement s’asseoir à la même place chaque jour de l’année, quitte à revoir durant trois semaines le même spectacle.

Je la nommai aussitôt Nini Peau de Chien, celle qui habite « à la Bastiiiilleeueu… ! » Les artistes lui faisaient des signes et elle les apostrophait de temps en temps, c’était très drôle, très familier.

barbar.jpegAvant Barbara, il y avait de tout : des jongleurs, des équilibristes, des comiques qui racontaient des blagues, l’un d’eux notamment m’a pétrifiée, avec son faux accent allemand racontant des histoires de Siegfried et des Walkyries, absolument hilarantes.

Il y avait aussi des chanteurs, de charme, de genre, réalistes, des fantaisistes, des ballets exotiques ou classiques… Tout ça se déroulait sur cette petite scène, pendant la première partie, c’était assez copieux et hétéroclite. Certains artistes étaient excellents, d’autres ramaient un peu, mais ils étaient tous plein d’espoir et de courage, avec, pour les plus âgés, cette pointe de désespérance, comme dans la chanson de Charles Aznavour « Je m’voyais déjà… en haut de l’affiche… »

Quand je vois des peintures de Toulouse-Lautrec, ses affiches, avec la Goulue, Berthe Sylva, les filles du Cancan, les buveuses d’absinthe, les maisons closes, les froufrous, Valentin le désossé, Damia, je pense au concert Pacra, avec sa petite scène collée aux spectateurs ; on voyait de si près les maquillages et les yeux des artistes, on détaillait leurs costumes, on se demandait comment les ventiloques réussissaient à parler avec leur ventre en bougeant une marionnette sur une main…

J’ai même l’impression d’avoir vu chanter Damia, mais n’est-ce pas plutôt un rêve éveillé ? J’ai si souvent écouté son 33 tours, avec Sombre Dimanche, Mon Grand Frisé, que je l’ai imaginée sur cette scène à la fois miteuse et glorieuse, brillante à mes yeux d’enfant vite grandie, magique, émouvante, comme toutes les scènes de music hall.

H.M.

(J'ai trouvé des photos de mon joli théâtre disparu, l'AMBIGU, évoqué dans une précédente  note, les voici :

 

ambigu_1 .png

ambigu3.png

 

 

 

 

 

 

 

 

ambigu_4.pngambigu_2.png

18:05 Écrit par Hélène Merrick dans Livre | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : music hall, populo, bastoche

Commentaires

Un bon moment de loisirs , je pense..... belle journée;

Écrit par : patriarch | 14/03/2011

Pas mal la retrouvaille du "Théâtre de l'âme du comique"!!! J'ai surtout remarqué les vieux bus à plate-forme comme j'aimais tant!! En 65 Ma fille aînée avait 1ans et je ne fréquentais pas la Bastille!!Je ne l'ai connu que vers mes 15ans où ma belle-soeur m'emmenait au BALAJO et BOUSKA danser le tango!!!hihihi !! Tes souvenirs de Damia et autres , c'est plutôt aant et après-guerre 39/45 !!J'avais des parents très branchés musique et chansons et cinéma où pendant l'entr'acte, les fantaisistes ou autres chanteurs, chanteuses se produisaient pour quelques sous!! Merci de nous faire souvenance d'un passé qui nous colle à la peau!!As-tu reçu la photo de la poupée?? BISOUS FAN

Écrit par : FAN | 14/03/2011

Bonjour, je ne sais trop comment je suis arrivée chez vous mais je sais ce qui m'a attiré l'oeil, ce sont les photos de la "dame brune" ... alors je me suis approchée et je viens de lire votre article. J'ai eu moi aussi la chance de la voir sur scène et à chaque fois je suis ressortie dans une douce "vapeur" comme si un léger parfum m'enveloppait. Je n'ai jamais retrouvé cette ambiance quand je vais au concert aujourd'hui ! Cordialement.

Écrit par : Veronique-61 | 15/03/2011

Coucou la fée Hélène !

Et je dirais mieux la Parisienne . Ma jeunesse a ses souvenirs plus précis que plus petite ceux de la campagnarde qui allait au cinéma du village qui se trouvait dans la cure et c'était le curé qui faisait tourner la bobine du film , hi ! et aussi le bal démontable du dimanche après-midi toujours au village où j'y ai vu les "Martin-circus" qui animaient le bal . Au fait , ok ! pour voir les photos des baigneurs . Bon mardi bizoux Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 15/03/2011

Aucun problème pour le tutoiement. Bienvenue chez moi, je vais continuer à feuilleter ton blog car j'aime beaucoup ton esprit. A bientôt.

Écrit par : Veronique-61 | 15/03/2011

Moi fille de la campagne j'aime te suivre dans ta vie de petite parisienne
Petite Paris c'était un rêve

Belle dame brune que j'aimais trop tôt disparue
Bises du soir Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 15/03/2011

Merci de m'avoir fait connaître ce théâtre que je ne connaissais que de nom (et encore... lointain souvenir d'enfance).
Bonne soirée,
Gérard.

Écrit par : CHAP | 16/03/2011

Bonsoir Hélène merci pour votre commentaire sur mon blog et vos réponses, en voici une de moi
pour votre à propos
tu rentres dans ton blog
par l'intermédiaire de blog50, adresse mail, mot de passe
tu cliques sur tableau de bord
en dessous sur a propos
tu mets ta photo ou pas
en dessous tu as description
là, tu peux dire ce que tu veux que l'on sache de toi

oui il faudrait nous mettre ok pour le choix d'un femme fée ou femme tout cours
dans les bleus format 21 X 30 ou a peu près
avec qq détails qui me sont personnels

bonne nuit
Catherine

Écrit par : Lady Chatterley | 17/03/2011

Que de souvenirs de cette vie parisienne tu gardes en toi. Souvenirs que tu ne peux oublier.
Merci de nous avoir parlé de Barbara, la grande dame brune qui chantait un aigle noir.
Bon dimanche.
bises.

Écrit par : pimprenelle | 19/03/2011

bien le bonsoir,
ce que je peux rigoler avec les commentaires sur tes bannières ...
L'ambigu, il est démoli depuis près de 50 ans ....
ces grands boulevards sont devenus d'un triste ...quand à la Bastoche et à la rue du faubourg Saint Antoine où j'avais des tas de copains artisans, pour ce qu'il en reste ...
Tiens , tu devrais faire une note sur ces ateliers ou il y a encore quelque temps travaillaient les meilleurs ouvriers de Paris....
Bonne soirée Miss Tinguett

Écrit par : Zorg | 19/03/2011

tient des indices.... sur Groz ...peut être...
L'Ambigu lui parle, mais pas à moi,
pour les grands boulevards je suis d'accord avec Lui
mais pour le dire, il faut soit être né à Paris, ou y avoir vécu un certain temps,
puis la rue du Faubourg Saint Antoine...
ses copains artisans...
les meilleurs ouvriers de France
je ne sais pas qui il est ce Môsieur alors j'essaie de le deviner
il me fait songer a mon ami, mon père, mon frère, né a Paris en 1928 dans un quartier qui lui n'existe presque plus, le quartier juif qui devient, est devenu tout à fait ou presque autre chose, car chaque boutique est rachetée

lui était artisan, de père, grand père arrière grand père
dans le bois
fabrication de meubles, restauration de meubles très anciens
dans les années 1970 son atelier a été incendié

attentat criminel
père de famille de 4 enfants il a été a l'intérieur au péril de sa vie
brûlé si gravement ils n'avaient plus rien, même plus de quoi se vêtir
fallait il faire partir les artisans, ou sociétés de Paris pour qu'il n'y ai plus que des bureaux?
une question de religion
..... cet homme, mon ami aura en ce mois d'avril 83 ans cette année, né à Paris, un vrai parisien, avec son accent, sa voix cassée, ses expressions, il connait cette ville comme son autre famille, depuis 1970 il vit en Seine et Marne, car n'a jamais pu réinvestir dans un atelier à Paris, dans cette Brie a laquelle il a dû s'habituer, mais une fois au minimum tous les 15 jours il va hûmer cet air de Paris qui lui manque tant
retrouver les qq anciens camelots qui restent, ils se parlent dans leur langue a eux, ils sont riches de ce qu'ils ont vécu, ils sont beaux, merveilleux d'un savoir immense, celui du travail de leurs mains, de savoir créer, de vendre, de commercer
ils ne faisaient pas venir des pays lointains leurs meubles ou autres ouvrages, mon ami connait toutes les essences d'arbres, et il sait les travailler, les meubles vendus et qui ne se vendent plus se gardaient de génération en génération
il sait restaurer les meubles Louis xxxxvvvIIII çà aussi un métier rare, car il faut connaître les époques, les produits utililisés et savoir le faire
plus personne ou si peu achètent de ces meubles là, ses enfants ont repris, mais avec la crise de 2008 2009 la société doit se diversifier, une autre génération de 25 30 ans continue, un fabrique des caves a vins, caves a cigares, marqueterie de luxe
lorsque je lis les mots de Zorg étrangement ils m'ont porté vers mon ami parisien
alors j'aime à songer qu'il lui ressemble
qu'il puisse avoir une aussi belle âme que lui
C.

Écrit par : Lady Chatterley | 19/03/2011

Coucou amie hélène. Tu évoque bien ce temps des petits théatres aujourd'hui disparus. A Marseille il y avait l'Alcazar" où j'ai pu voir brassens, mouloudji... C'était très populaire et sympa. Aujourd'hui, il n'ont gardé que la facade, classée. Au sujet de mes thurifères, ce sont des génévriers thurifères. Un arbre originaire du nord-maroc qui est aussi dans quelques endroits du sud de la France. Une survivance de temps très anciens. Bon Dimanche amie hélène. Bises du noélus Alpin

Écrit par : l'alpin | 20/03/2011

Coucou la fée Hélène !

Surprise , je viens de voir ta photo à droite sur ta page d'accueil .
Il n'y a pas longtemps quelle est là , dis ? jolie blondinette .
Mais t'es où la Parisienne , pas le moral ?
Je ne vois pas la fée du printemps toute fleurie avec les oiseaux .

Bon dimanche de printemps , bizoux Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 20/03/2011

Maman qui a quitté Paris en 1952, avec nous, ses deux mômes, nous parlait de Pacra. Elle y avait vu débuter Simone Langlois. Elle nous racontait aussi le Caveau de la République dans lequel se produisaient les chansonniers de l'époque que l'on appelle maintenant des humoristes - enfin, je pense -
Bonne soirée
Geneviève

Écrit par : Geneviève | 20/03/2011

Avez vous des photos de l'intérieur du théâtre de l'Ambigu ? (la salle et la scène) On dit qu'elle était magnifique.

Écrit par : Antoine Doignon | 05/11/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique