logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

11/10/2011

Lycée - 3 - Les profs

(Résumé : Lili (Jacqueline Demètre) entre en sixième au Lycée Victor Hugo à Paris. Tout y est différent de l'Ecole Communale primaire.)

Une Année au Lycée - 3

LES PROFS

 

Quel défilé! En majorité des femmes, jeunes et moins jeunes, sympathiques ou sévères ; deux messieurs nous servent de professeurs de physique - chimie, et de mathématiques. J’ai trouvé le prof de maths drôlement beau, et je me suis promis, dans un grand élan, de faire un effort surhumain pour m’intéresser à cette abominable matière.

A chaque cours, il y a des têtes nouvelles parmi les élèves, surtout en langues, les B, les A, les C, se retrouvent en anglais, en espagnol, en allemand. Quand j’entre en classe la dernière, après m’être perdue dans les couloirs, trente paires d’yeux inconnus se collent à moi; il faut alors trouver une place sans trébucher sur les cartables, ne pas me placer trop près du professeur, trop loin de la porte, trop près ou trop loin des radiateurs, ou trop au fond avec les cancres. Atroce. Et ça va durer toute une année!

 

lycée 58:59.jpg

A peine assise, je découvre le professeur du moment, et je compulse l’emploi du temps, persuadée d’avoir oublié un devoir, un livre, une leçon.

Ce matin, dans le grand flot qui m’emportait vers le cours d’allemand, je cherchais désespérément mes deux amies. Joséphine et Betty étaient sûrement déjà entrées dans leurs classes. Je m’assois, commence à sortir un cahier, un stylo, je pose ma bouteille d’encre sur le pupitre en bois. A l’école, on avait des plumes qu’on trempait dans un trou sur le bureau, rempli d’encre. Maintenant, on a des stylos à encre, qui se vident très vite. On les remplit dans sa propre bouteille, en s’en collant partout sur les doigts.

Pendant que je m’active, m’essuie les mains sur mon tablier, - ici on dit blouse-, je ne fais pas attention au prof. Soudain, j’entends : « Buenas Dias » ! Flûte ! Je me suis trompée de cours ! Ach, Wo ist der prof d’allemand- deutsch ? Hébétée, je regarde la prof d’espagnol, rapetissée de honte ; il va falloir lui dire, devant toutes ces pécores, que j’ai fait la bourde du mois. Je lève timidement la main : « Madame… Je me suis trompée de classe ». Sous les ricanements je rampe vers la porte et m’enfuis en galopant. Je vais en plus être en retard au cours d’allemand ! Rentrer dans le cours devant toutes ces filles aux yeux cruels ! Maman, t’es où ? Viens me chercher !

« Asseyez-vous ! » m’intime la prof d’allemand, Mme Von chais pas quoi. Sévère mais pas vindicative, c’est déjà ça. Rebelote, cahier, stylo, encre, barbouillages, tablier cochonné, sueur, rougeur, envie d’évasion, sentiment profond d’horreur et de fatalité.

« Maineténan, a bardir d’aujourdouai, nous né barlerons qu’allémangne, z’est gombri, mè bédites démoizelles ? »

Mais qu’est-ce qu’elle dit ? Je regarde de tous les côtés, affolée. Les autres filles ont l’air placide, elles sortent de leur cartable un livre qu’elles ouvrent à la bonne page, mais laquelle ? Comment font-elles ?

Pourquoi j’ai toujours l’impression de débarquer d’une autre planète ?

-Vous !

Qui ça ?

-Vous, au deuxième rang

Zut, c’est moi.

-Lisez !

Je lis quoi ? Ma voisine me pousse du coude et souffle « page huit, le début ! » Bon j’y vais. Un couac sort de ma gorge, la prof Von Truc Oppenheimer menace : « Voyons vodre brononziassion ! »

Là devant moi, sur cette page couverte de hiéroglyphes, je me jette sans filet dans le vide d’un monde que personne sur cette Terre ne souhaiterait volontairement explorer : « Deutschland bestand nur noch aus Ruinen –da tauchte darüber dieses Gesicht auf, klar, hell, mädchenhaft, mutig. »

Ah bon ? « Gut » dit sobrement Mme Von Truc Klein. Vraiment ? J’ai « gut » ? Ouf elle va peut-être me laisser reprendre ma respiration, maintenant ? Je commence à comprendre mon grand-père, Papou, quand il dit « Laisse-moi respirer, Lili, je ne suis plus le gaillard d’avant », et il soupire, et il respire bruyamment, la main sur le cœur.

-Bonne journée ma chérie ? me dit Maman quand je rentre le soir.

-M’oui, M’an, j’ai parlé allemand

-Bien, bien, tu as des devoirs à faire ?

-Non pas encore

-Alors viens m’aider dans la cuisine.

 

(A suivre...)

(Sur la photo, je suis au premier rang, la 3ème en partant de la gauche. On avait toutes l'air d'avoir les cheveux noirs, mais il y avait surtout du châtain, un peu de roux, si beau, très peu de blond. Avec le temps et les cheveux blancs qui s'y mêlent, les couleurs ne retrouvent jamais le beau châtain brillant de l'enfance)

 

Commentaires

Coucou démoizelle la lycéenne !
C'est toi la première à gauche sur la première rangée ?
Je devine la solitude de la lycéenne se trompant de classe .
Bon mardi gros bizoux Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 11/10/2011

Je pense comme Françoise, je te voyais la 1ère à gauche dans la 1ère rangée, c'est ça ?
Quand on dit que le temps de l'enfance est doux ... ce sont des personnes qui ont perdu la mémoire !!!
Bises

Écrit par : Biche | 11/10/2011

Je t'ai cherchée et ne t'ai pas reconnue sur cette photo. Tu nous diras ? Dis ?
Bises
Geneviève

Écrit par : Geneviève | 11/10/2011

L'allemand... j'étais tombé sur un vieux prof, l'abbé je ne sias plus comment... qui nous l'enseignait en écriture ancienne.. quel désastre au début, je mélangeais avec le grec....

belle journée. Bises

Écrit par : patriarch | 12/10/2011

C'est une photo de ta classe?? Ou est ta trombinoscope?? Une anecdote perso : c'était la mode des ti-shirt à rayures (marin) dans les années 50 et pour ennuyer les profs, toutes les filles, nous avions décidé de venir vêtues de ce vêtement!!! LOL!! A bas les blouses tristounettes, nous aimions ressembler à des bagnards comme des rebelles!!!! A côté de la violence actuelle, quelle manière de revendiquer notre droit à s'indigner!!! hihihi ! BB nous avait montré le chemin!!!!!!BISOUS FAN

Écrit par : FAN | 12/10/2011

et bien ma belle , voilà une petite chose qui nous touche toutes un peu puisque ton héroïne vit ce que nous avons vécu, la course affollée pour trouver la bonne salle ...responsable des cartes de geographie avec une autre nigaude, le temps de trouver la bonne armoire puis de retrouver la classe, le cours était fini!
bises
je ne sais plus écrire afolé,affolé afollé aucun ne me plait alors on va parler de course éperdue la prochaine fois pour aujourd'hui tu feras avec.
rebises

Écrit par : josette | 13/10/2011

Ma chère Hélène je reprendrai la lecture de ton roman à mon retour.
Pour l`instant je profite du Canada et des enfants.
A bientôt.
Bisous
Anita

Écrit par : anita | 14/10/2011

Bonjour

Oh là là, se tromper de classe et devoir l'avouer devant 30 paires d'yeux qui c'est certain, s'en souviendront pour l'éternité !! Quel calvaire !! J'ai rien compris dans ta phrase en allemand, mais si c'est "gutt" alors bravo !!

Bises du grillon

Écrit par : Christian | 17/10/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique