logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

13/11/2018

15) Les Larmes de Glace 2018

Pour Fan (et ceux que cela intéresse, voici un gros extrait de la suite du feuilleton, ainsi, plus vite il sera publié, plus vite les adorables impatient(e)s comme Fan pourront le lire en entier !

Dans tous les cas, Blog 50 gardera dans son cocon bienveillant, les élucubrations fantaisistes de Lélène

15 ) Les larmes de Glace 2018 pour Blog 50

3 nov 2018 Lila Vallée

A sa vue, les deux pingouins émergent de leur léthargie, accélèrent le pas, saisis d’une vive agitation, dépassent tout le monde et, se cognant l’un contre l’autre comme d’habitude, s’effondrent en désordre aux pieds de Lila Vallée.

  • - Tiens donc, mes chérubins sont de retour ! Je n’aurai donc pas à attendre cent ans pour vous retrouver
  • - Qui est-ce ? chuchote Poco ébloui
  • - Lila Vallée, la Fée de l’Oreille Gauche, répond Chou Fleur
  • - Y en a-t-il une autre dans l’Oreille Droite ?
  • - Non, l’autre oreille de Gloutine appartient à Jerry Le Plusse. Il existe d’autres Fées sur note planète, mais elles empruntent rarement une apparence humaine. Elles volent, se transforment en fleurs, en éoiles, en brises légères…
  • - Bienvenue à tous, intervient Lila Vallée avec un beau sourire

    Lila Vallée gros plan.jpg

« Quelle coquine, pense Azur, elle va les embobiner en un rien de temps ! »

Sur leurs tiges, les Gloutifleurs bourdonnent autour de la Fée. Seuls les pingouins Mauve et Jaune se tiennent tranquilles, agrippés aux volants de Lila Vallée, comme s’ils craignaient d’être enlevés.

  • - Vous paraissez bien gais, mes amis, crie Lila Vallée pour dominer le vacarme. Asseyons-nous sous ces arbres et racontez-moi ce qui vous amène.
  • - Aaahh, Lila chérie, expirent les pingouins.

Sur ce, ils s’installent confortablement dans les plis soyeux de sa robe et s’endorment aussitôt.

  • - Toujours aussi dynamiques ces deux-là ! Alors, qui commence ?

Les présents se mettent à jacasser en même temps

Lila connaît leur histoire, puisqu’elle est fée. « J’aurais dû camoufler les abords de la planète, empêcher ces intrus de se poser. Je sens pointer les ennuis ; j’ai été négligente, ça m’apprendra à passer mon temps avec les animaux, à jouer des tours idiots et à me chamailler avec ce gros paresseux de dragon. A tenter d’oublier cette Oreille Droite où personne ne va jamais. »

  • - Personne n’y va jamais ?

    pingouins gros plan.jpg

Des voix alarmées tirent Lila Vallée de sa rêverie

  • - Aurais-je parlé tout haut ?
  • - Mais oui ! Tu nous inquiètes, Lila Vallée
  • - Pourquoi n’allez-vous pas dans l’Oreille Droite ?
  • - C’est vrai, ça, s’indignent les Gloutifleurs, pourquoi n’y allons-nous jamais, d’abord ?

Leurs pétales en folie emplissent les lieux d’une stridente mélopée.

Agacée, Hermeline tape du pied :

  • - Pourquoi êtes-vous si gais ? j’ai été attaquée par je ne sais quelle monstre horrible, je n’ai qu’une envie, rentrer chez moi !
  • - Du calme, Hermeline, dit l’Ours, ainsi tu connais le but de notre voyage, Lila Vallée ?
  • - Bien sûr gros malin, je suis une fée, j’ai quelques privilèges.

Avec un clin d’œil, Lila Vallée se lève, les bras levés pour apaiser protestations et commentaires

  • - Ecoutez-moi, mes amis, vous vous laissez bercer par la douceur de vivre, la Planète Gloutine compte plus de gourmands paresseux que d’excursionnistes
  • - Que dit-elle ? s’étranglent des Gloutinains susceptibles
  • - A mon avis, elle se moque de vous, suggère l’ours malicieux
  • - Et pas de toi, peut-être, gros plein de miel, riposte Chou Fleur
  • - Tu planes au-dessus de ça, ajoute un autre
  • - Tu es dans le secret des Fées
  • - Monsieur se croit fier
  • - Tu ne t’es pas regardé, espèce de prétentieux
  • - Allez-vous cesser de vous chamailler, s’exclame Lila Vallée. J’ai employé un mot ancien qui n’a plus cours de nos jours. Quoiqu’il en soit …
  • - Elle continue de parler dans une langue étrangère, grogne un Gloutinain
  • - Kouakilansoi, ça ressemble au jargon des perroquets
  • - Qu’as-tu contre les perroquets, dis voir ! s’énerve un kakatoès
  • - Je n’en peux plus, agonise Hermeline, arrêtez !

Hermeline a vécu plus d’années qu’un humain ordinaire, elle a engrangé les cultures de nombreuses civilisations, lu des contes et des légendes ; sa mémoire conserve les images délicates de livres enchantés ; pour elle, Lila Vallée est la plus merveilleuse créature de l’univers.

Coupant court au malaise ambiant, Poco émet un gargouillement informe. Il agite un index en direction de Lila Vallée : disparue !

Le gros dragon qui l’accompagne s’estompe lui aussi péniblement, comme si sa propre disparition l’épuisait. Enfin, le dernier petit point orange de sa langue s’efface du décor. Un tas de poussière luminescente voltige à la place désertée par Lila Vallée et Azur le dragon.

Un violent grondement perturbe les alentours. Sur la clémente végétation de Gloutine s’abat une averse implacable qui engourdit les voyageurs et les plaque contre l’herbe odorante.

  • - Voilà ! Vous êtes contents ? grelotte Hermeline, les oreilles dégoulinant de pluie glacée. Lila était la seule à pouvoir nous aider, qu’allons-nous devenir maintenant ?
  • - Sans elle nous n’y arriverons jamais, pleurnichent les Gloutinains
  • - Où sont les pingouins ?
  • - Ils ont disparu avec la Fée
  • - Non ! Regardez ! Là, les voilà !

                   (A suivre !)

16 ) 2 novembre 2018 (16)

La pluie s’interrompit brusquement.

Là où la poussière avait voltigé, trônait le rocher moussu sur lequel Lila Vallée était perchée avant de s’effacer. On aperçut un vague contour, deux formes embrumées, Mauve et Jaune, les yeux clignotant.

  • - Alors ? Où est la Fée ? Est-elle vraiment fâchée ? Qu’allons-nous devenir ? Pourquoi nous abandonne-t-elle ?

C’est à qui pleurerait le plus fort.

Un jaillissement d’étoiles sifflantes coupa court aux lamentations. Lila Vallée et son dragon Azur se posèrent au cœur de la foule. Une ovation mêlée de sanglots les salua.

Chacun tint sa langue pour ne plus rompre le charme.

Immobile, la Fée les observait de ses grands yeux violets. La Dragon lissa un regard à travers ses lourdes paupières ambrées. Même les oiseaux ne volaient plus, ils attendaient.

Enfin, Lila Vallée décroisa les bras et dit :

  • - Avant de poursuivre votre voyage, je vais vous emmener au Jardin des Miroirs, si vous le souhaitez, naturellement, je ne force personne. Ceux qui n’auraient pas envie de continuer peuvent rester ici en attendant mon retour, ou s’en aller où bon leur semble.

Sitôt dit, sitôt fait. Personne ne manifestait le désir de renoncer au voyage ; et pour cause : comment sauraient-ils revenir sur leurs pas ?!

Les plus aventureux risquèrent un œil sur le chemin parcouru : tout semblait englouti ; dans le brouillard, la brume, la pluie, les nuages, difficile de s’y retrouver.

Lassés par les prodiges et les émotions, les voyageurs se retenaient de protester.

  • - Bravo, pesait le dragon Azur, Ils vont croire que la planète se détruit à chaque pas ; mais elle, quel est son but ? Ces brimades ne riment à rien.
  • - Tiens donc, fulminait la Fée, on coupe les ponts ? Quelqu’un jette des sorts contraires aux miens ? Oooh, je soupçonne quelqu’un ! Là-bas, dans l’Oreille Droite, « on » attend les visites avec impatience ! Soit. Je ne me laisserai pas intimider ! La Porte du Magicien est encore loin, mais j’y mènerai qui je veux.
  • - Elle veut s’amuser, ruminait Azur, quelle peste ! Elle veut réussir ce voyage, pourtant elle fera tout pour le rendre difficile ; je devine ses pensées, pourtant je ne comprends pas à qui ou à quoi elle fait allusion. Je garde mes yeux et mes oreilles grands ouverts.

    Fée et dragon.jpg

La caravane s’ébranla. Lila Vallée et Azur en tête. Inquiets, Hermeline, Poco Lori, Chou Fleur et les autres leur emboîtèrent le pas. Les Gloutinains regrettaient de ne pas s’être enfuis plus tôt. Ils secouèrent leurs pétales et suivirent le mouvement en silence.

 (A suivre !)

 Les Larmes de Glace 2018 (17) 12 nove. 18

17) LE JARDIN DES MIROIRS

Fée, Dragon, Fleurs, Humains, animaux à pattes, à ailes, petits, grands, tendres, grognons, gais, courageux, paresseux, poltrons, bon gré mal gré, s’engagent à la queue leu leu sur un pont envahi de végétation.

Plus ils avancent, plus elle s’épaissit. Personne n’ose s’en plaindre, la route a déjà été longue, ils souhaitent au plus vite atteindre le but de leur quête. La Porte du Magicien. La Porte du Monde, se persuadent les plus utopistes.

  • - Stop ! crie Lila Vallée.

Surpris, les marcheurs sursautent en désordre.

Un fouillis de branchages leur dissimule l’horizon. Des corolles roses et blanches se balancent nonchalamment. Le chemin s’arrête là.

  • - Derrière ces fleurs commence le Jardin des Miroirs, précise la Fée. J’ouvre le passage. Ne piétinez surtout rien, ces végétaux sont susceptibles, du genre très gourmands, si vous voyez ce que je veux dire !
  • - Carnivores ? Quelle horreur ! s’exclame Poco
  • - Et c’est ce que tu appelles ton paradis ? ronchonne Hermeline, Bravo ! Quant à ses habitants, quelle bande de gromeleux-grognons-mal lunés !
  • - Je t’assure, Hermeline, ils n’étaient pas comme ça quand je suis venu ici la première fois, d’ailleurs ne suis-je pas reparti librement ?
  • - Qui te dit que ce n’était pas un piège, pour m’attirer ici avec toi et nous détruire tous les deux, nous les Numades de Nieu, les Numades libres de l’Espace ?
  • - Tu divagues mon amie, ce n’est pas possible
  • - Chut, dit l’Ours, marchez, vous vous chamaillerez plus tard. N’oubliez pas : une Fée nous guide, elle entend tout, elle sait tout, elle peut presque tout…

Il fallait maintenant s’insinuer avec précaution derrière Lila Vallée, dans un couloir bruissant de murmures, de chants, de froissements.

Au bout du sentier, la lumière resplendit, bleue et verte, orange et dorée ; on se hâta sans plus de façons vers cette clarté, attrayante comme la chaleur d’un jour d’été sur la Terre, une oasis flamboyante riche de promesses.

Jardin des miroirs.JPG

La piste s’élargit enfin. Nos amis, ensemble, découvrent le Jardin des Miroirs. Partout, du sol au ciel, sur les arbres, les branches, des miroirs scintillent. Les plantes miroitent en millions de leurs entrecroisées. Le bruissement habituel du feuillage ne ressemble à aucun autre, ici ce sont des tintements, des murmures radieux, des petits rires en clochettes.

(A suivre !)

 

12:30 Écrit par Hélène Merrick dans Dessins, Feuilleton, Livre | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Merci ma belle Hélène!!! dès que je peux, je me fabrique en "les larmes de glace" pour mon Noël!!! Gros bisous Fan Françoise

Écrit par : FAN | 19/11/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique