logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

05/12/2011

Beaux acteurs

Je n'ai pas encore trouvé l'identité de l'acteur sur la photo de Françoise la Comtoise, mais au moins celles des deux acteurs suggérés par nos blogueurs. (D'ailleurs c'est honteux, oui-oui ! de ne pas reconnaître Pierre Fresnay !!! )

Pierre Fresnay.jpeg

Voilà Pierre Fresnay, il était Marius dans la trilogie de Pagnol : Marius, Fanny, César

 

Il était marié avec Yvonne Printemps, avec qui il formait un couple très exubérant (elle était très jalouse!), il a joué aussi dans L'Assassin habite au 21, il était l'Inspecteur Wens dans plusieur films, puis il a joué Monsieur Vincent, Le Défroqué, Un Grand Patron, Le Corbeau avec Ginette Leclerc, La Grande Illusion avec Erich Von Striheim.... Vous avez sûrement vu certains de ces films

 

 

 

La photo de Françoise n'est pas non plus celle de Pierre Richard Wilm que voici :

P.R. Wilm.jpegTrès beau garçon, aux rôles tragiques (j'ai la flemme de chercher !)

 

 

 

 

Il ne reste plus qu'à identifier le monsieur à l'autographe, je vais y arriver !

 

16:20 Écrit par Hélène Merrick dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : portraits noir et blanc

21/11/2011

bon pied bon oeil !

Bonjour mes Amis ! Que ceux qui se tracassent si gentiment pour moi se rassurent : tout va bien !

Des bêtes tracasseries accumulées m'ont empêchée (les vilaines!) de venir vous abreuver de mes diverses divagations, mais en attendant de reprendre le rythme (tamouré, chachacha, madison, que des danses très à la mode !) voici une petite fée prête pour aller danser !

Fée fleurie.jpg

Gros baisers à tous ! A très bientôt ...

23:51 Écrit par Hélène Merrick dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : bonne nouvelle

10/10/2011

Un Vote de plus!

Hélène et sa poupée Anaïs.jpgMes Amis, vous m'avez perturbée "grave" avec vos réactions à mon feuilleton sur le Lycée ! Voici le problème :

• Au départ, c'est un roman, dans cette histoire, il y a du vrai et du faux.

- Le vrai, c'est la rentrée en sixième, le cirque de changement de classes et de professeurs, le quartier, le nom de ma copine Betty.

- Le faux, c'est le nom de "l'héroïne" (Jacqueline, dite Lili), la composition de sa famille (frères et soeurs en pagaille), la profession de la maman et du papa, le lieu exact du lycée, la mixité des cours. Ce n'était pas comme ça "en vrai" !

• Voilà ma perplexité : que souhaitez-vous lire ? Un roman, basé sur quelques faits réels ? ou ma vraie vie, ma vraie rentrée, ma vraie famille (c'est beaucoup moins folklorique, mais j'ai remarqué que l'âge aidant, moi-même je ne lis plus de romans, mais des auto-biographies!)

• Je ne fais plus de note tant que vous n'aurez pas voté... en masse !!! Na.

Gros bisous perturbés à tous !

(Photo : Lélène demande son avis à Anaïs, sa poupée joliment renfrognée. Anaïs s'en tamponne, évidemment)

12:27 Écrit par Hélène Merrick dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : perplexité, réalité ou fiction ?

15/09/2011

A la prochaine!

Sans oublier un seul instant de la Bloguinade, voici encore quelques photos avant la prochaine, on se dit au revoir, pas adieu !

cabanon, henri débouche, bob, gilbert, André.JPG
Absorbés par le débouchage d'une bonne bouteille !
Dîner, gateau.JPG
Un côté qui discute, un autre qui rêve en attendant le gâteau !
 
 
Françoise découpe le gateaiu.JPG

La belle Comtoise découpe la folie du dessert

Pierrette, Hélène, 2 chignons.JPG
Avant les adieux, concours de chignons !
Hélène, Grillon, Pierrette.JPG
Dernière vue sur la table de bombance et le frigo plein à craquer !
mirabelle.jpg

Au revoir belle Mirabelle !

Dans quelques mois on en débouchera une autre !

15:08 Écrit par Hélène Merrick dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : bloguinade, dîner, dernière

04/09/2011

Bacchanale au Cabanon


P1010166.JPG

Cette photo ne dira rien à ceux qui n'étaient pas présents, mais beaucoup à ceux qui s'appuient sur cette belle table de bois. Derrière la bouteille, y en a une, et je dirai même y a une Biche qui se cache et secoue la caisse

P1010167.JPG

Un vrai roman-photo, et c'est pas fini !

Il faisait frais dehors, mais sous les poutres on avait bien chaud

P1010168.JPG

Pendant un an, Françoise, la belle Comtoise, a entraîné son Gigi l'Amoroso dans une aventure presque sans fin : vider un grand cabanon de jardin dans lequel des générations de franc comtois entassaient des trésors : des bocaux à confitures, des planches, des bouteilles vides, des bidons vides, des boites vides, des cartons vides, des tonneaux (vides?) des vieilles chaises, des sommiers, des matelas, des chaise-longues, des ratons-laveurs, des vieilles machines à laver, des cuisinières, des pelles, des rateaux, des nounours, des fouines, des résidences à souris, des hamacs pour chauve souris, des bouts de vélos, des bouts de voitures, des tuiles, des briques, des tapis volants, une soucoupe volante oubliée par les précédents visiteurs ...

Toute cette activité avait pour but de recevoir une troupe de personnages virtuellement sympathiques, mais qui sait, parmi lesquels il y avait peut-être des grands nerveux, des agités ou des déprimés. Par chance, aucun des invités ne méritait de tels adjectifs. On s'en était aperçu pendant la visite de la Grotte mystérieuse et dans celle des Salines sans sel mais piquantes.

Après avoir tout jeté, sauf de magnifiques bidons de lait, nettoyés, bichonnés, Fanfan et Gigi se sont empressé d'entasser de nouveaux objets, tout propres, tout neufs dans le cabanon : cuisinière, four, table, bancs, chaises, et plein de petites décorations à découvrir au long de la soirée.

P1010169.JPG

Y en a toujours un ou une pour lever son verre ! Attention, au premier plan, voici Le Gâteau de compétition, un vrai délire.

A suivre!

 

 

 

 

 

21:18 Écrit par Hélène Merrick dans Blog | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : boisson, bouffe, amitié

10/08/2011

Rien qu'une pause

grillon tonnelle.jpgFaites comme notre Grillon heureux,

patientez sous la tonnelle,

bientôt, nous retournerons dans le Cabanon magique de Fanfan et Gigi,

de si beaux souvenirs qu'on veut faire durer leur évocation encore et encore !

A tout de suite ...

14:59 Écrit par Hélène Merrick dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : respiration, parenthèse, promesse

04/08/2011

Visite des Salines

Envoûtés par les mystères de la Grotte d’Osselle, les invités de la belle Fanfan se remettaient de leurs émotions en savourant les petits plats franc comtois du restaurant des Grands Gourmands. Arrosé de vins du Jura, ce repas tombait à pic pour donner des forces à tout le monde avant la deuxième visite de la journée.

salines 1.jpg

Dehors, il pleuvait à sauts. Personne ne s’en rendait compte, tellement l’humeur était au beau fixe. « On va visiter les Salines ! » « Ouaiaiaia ! Hourra !!!! » « Qu’est-ce que c’est les Salines » ? « J’en sais rien, je ne les ai jamais vues », nous dit Fanfan.

Il aurait pu n’y avoir qu’un pot de sel à regarder qu’on aurait été tout aussi enthousiaste. On se demandait si ces Salines étaient des mines de sel, des silos remplis de sel, des usines où des gaillards en débardeur soulevaient des ballots de sels pour en faire des monticules de sel, des statues de sel, des sels de bains, des sels minéraux, des sels pour réveiller les dames évanouies du temps ancien. Bref, on en voulait, du sel, sous toutes ses formes. Joëlle, pas dégonflée, avait amené la remorque de son camping-car pour en trimballer vers sa province, d’autres avaient en hâte vidé leurs coffres sur le parking de la Grotte d’Osselle pour faire de la place aux sacs à sel, selle de cheval, cheval de course, course à pieds, pied à terre, terre de feu, feu follet, lait de vache, vache de ferme, ferme ta…. Et après ?

saline5.JPG

Après nous voici tous jetés en désordre sur un nouveau parking, fleuri, feuillu, tellement grand qu’on s’y perd, face à l’entrée des Salines.

Embûche : une grille géante sépare le hall battu par des vents glaciaux de l’aire de la visite. Voyant passer un groupe de collégiens avec leur guide, une poignée de nos blogueuses parmi les plus agitées du bocal se jettent sur les barreaux et hurlent : « Laissez-nous sortir, on est enfermé ! Au secours ! On veut sortir !!! » Les enfants, saisis de surprise puis de terreur, commencent à se demander si ces personnes plus âgées qu’eux ont toute leur tête, on voit passer dans leurs yeux encore frais des lueurs de grave inquiétude, mais il y en a de beaucoup plus terre à terre, dont un tout petit, qui a vite conclu :  « Si vous voulez qu’on vous ouvre il faut passer par la caisse. » En voilà un qui ne se laissera pas estamper dans ses années d’apprenti banquier.

Salines Christian tonnelle.jpg

(Notre Grillon adoré fait une pause sous la tonnelle d'un jardin )

Nous voilà à la queue leu leu devant la caisse, Fanfan, très efficace, négocie un prix de gros, non pas qu’on soit obèse, mais juste qu’en se tassant les uns contre les autres, on dirait une montgolfière à trente têtes, « le gros » de la troupe. On n’est pas trente, y a Gigi qui est resté peinard à la maison orange à nous tricoter des mitaines pour la soirée, et peut-être bien que d’autres se sont réfugiés dans un bistro proposant des soupes chaudes. On patauge un peu, flic flac dans les allées, floc floc sur les pelouses. Où sont les mines ? Les beaux mineurs luisants sous l’effort ? Où sont les collines de sel ?

Y a rien.

rires malgré la pluie.jpg

Enfin, si, y a des bâtiments carrés datant du 18 è siècle, dus à un architecte dont le nom m’a aussitôt échappé, allez savoir pourquoi, ces bâtiments carrés entourent une très vaste place carrée ou en quinconce, me rappelle plus tellement la pluie m’aveuglait les nerfs, laquelle place est entourée d’allées et au milieu, y a comme qui dirait, de l’herbe, pas de la beu, juste de la pelouse de gazon. Euh, voilà les Salines ; Il paraît qu’on y « entreposait du sel » un jour d’avant avant, que peut-être des messieurs dames en capelines, juste au corps, crinolines, perruques poudrées, se sai aussi des bains de boue ( ?) des bains de sel ( ?) enfin des sortes de « spa » comme on dit maintenant pour décrire les séances de jets d’eau, bains bouillonnants et autres roulades dans des algues de synthèse récoltées après le passage de l’Amoco Cadis (comment ça s’écrit ce truc ?), la belle de Cadix a des yeux de velours, aïe aiïe aiiïiiiaaaa.

salines, grosse bouch pierre vomi !.jpg

(Sur un mur, le truc le plus stupéfiant de la visite : une bouche de pierre qui vomit de la pierre ! Grandiose !)

 

Bon, revenons à nos moutons ; On s’est tous éparpillés au gré de la « visite », égarés serait plus juste, paumés dans la brume et la désolation. On a tenté de se retrouver et pour ça les uns sont entrés dans une galerie d’art où tous les vingt mètres était accrochée une croûte immonde d’art floral. Les autres ont pénétré dans un espace totalement mystérieux, vide à l’exception de deux chaises, une salle de bal pour cinq mille fêtards au bas mot. D’autres encore échappant à ces pièges artistiques d’un genre ultra dépouillé, se précipitaient dans la première porte venue, la seule décorée …. D’une silhouette de dame et d’une silhouette d’homme. A force on ne sait plus, mais c’était bien des toilettes, le seul hangar servant à quelque chose. Après bien des errances et de multiples coups de fil, les visiteurs hagards ont fini par se retrouver dans la librairie, dans le hall toujours aussi battu par les Hauts de Hurlevent, et hop, direction la maison orange.

visite vide.jpg

(Dernière étape des Salines: la visite de "rien"! Conceptuel !)

 

Ah, là, le Havre :

Le Cabanon. On aurait pu croire qu’on y avait goûté, après cette folle après-midi dans les Salines vides, mais non ! Ce Cabanon-ci, c’était le vrai, Le Cabanon de Fanfan et Gigi, où nous avons passé une des plus belles soirées de notre vie.

(A suivre !)

 

18:48 Écrit par Hélène Merrick dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : bloguinade, visite rigolote

02/08/2011

Osselle : le mystère continue!

Josette a brillamment conclu l'histoire "Queue de Poisson -La Chambre sans Nom", répondant d'un coup à toutes les questions en suspens, donnant des solutions implacables à des problèmes apparemment insolubles : le carton aux mains et aux pieds qui gigotent, le chassé croisé des numéros de chambre de l'Hôtel du Franc Courtois qui n'est répertorié nulle part, les mystérieuses mimiques des Coréens en simple promenade touristique....

N'ayant pas du tout envie d'oublier ou de mettre de côté les moments extraordinaires de ces trois jours, je reviens vous montrer des chouettes photos et divaguer sur leur signification !

entrée grotte.jpgVoici une entrée qui ne paye pas de mine ! un vieil escalier rouillé, une pancarte du type "toilettes messieurs-dames", c'est une façon de dissimuler tous les trésors, pour les protéger des pillages ou des déprédations.

avant visite grotte, photos henri, christiane.JPG

En réalité, l'enthousiasme des visiteurs est visible sur les photos de leur arrivée : sur l'aire de parking, Christiane la Niçoise tourne carrément le dos à la grotte ; fascinée par un fleuve où s'ébattent les nageurs de la prochaine compétition olympique, Camille Lacour en tête -notre champion sosie de Christopher Reeve, alias Superman!- Toute à son ébahissement, elle ne voit même pas le roi Henri 2 qui lui, photographie le ciel nuageux, des fois qu'il daignerait se découvrir.

Contrairement à ces deux étourdis, le groupe est tout excité à l'idée de s'enfoncer sous terre sans parachute :

blogueurs devant entrée grotte.jpg

Lélène prend son roi en photo, tournant elle aussi le dos à la grotte sous l'oeil réprobateur de Brigitte, toute de bleue vêtue comme son surnom de Fleur Bleue. Les autres là-bas commencent à se bousculer pour grimper le premier l'escalier bizarre qui évoque maintenant celui de l'hôtel à surprise du Franc Courtois.

Christiane aime le fleuve face grotte.jpg

Christiane se décide : délaissant ses champions au torse musclé et les sirènes qui les suivent, elle regarde maintenant vers la grotte. J'y va-t-y, j'y va-t'y pas? Max passe le premier avec les Québécois. Lélène farfouille dans son sac comme d'habitude, sans même se rappeler ce qu'elle y cherche.

Pierrette, Bob, groupe avant grotte.jpg

Ah là ça se précise, Pierrette et Bob, les amoureux du siècle, avancent vaillament sur les clous (avis aux jeunes générations, je refuse d'écrire passage piétons, j'adore l'expression traverser "dans les clous", ces gros clous qui ont disparu après avoir servi d'armes en mai 68 !). Pierrette et Bob passent à travers les gouttes, ils n'ont pas besoin de parapluie, ce sont des Dieux Vivants !

visiteurs de la grotte, mais que fait Bob ?.jpg

Mais que se passe-t-il? Tandis que tout le monde s'enfouit la tête dans les coffres de voitures à la recherche de parapluies, de paratonnerres, de lampes torches, de piolets, de pièges à souris, de sandwiches, de calepins, d'appareils photos, de caméras, de bandes nasales et molletières, sans compter pelles et pioches (certains croient entrer dans la tombe de Toutankhamon, laissons ces rêveurs à leur folie douce), tandis donc, que tout ça tout ça, Bob empoigne Lélène par les épaules, aîe, que se passe-t-il ? Pierrette? La parisienne aurait-elle insulté le char des Québécois? prononcé des mots comme Tabernacle sans l'accent ? Lélène essaie-t-elle d'arracher à Bob son magnifique parka made in Canada ? La recette de son élixir de jouvence? Imperturbable, Françoise harangue ses hôtes : "Allez allez, on avance, sinon on n'aura pas le temps de tout voir avant d'aller au restaurant."

Comme un seul homme, ou une seule femme, le groupe d'un bloc se précipite bottes les premières dans l'antichambre de la grotte. "Quand est-ce qu'on mange?" glissent sournoisement plusieurs petites voix clandestines.

sortie grotte via boutique.jpg

Comme au cinéma, vous êtes invités à revenir en arrière (flashback) si vous voulez relire le compte-rendu (!farfelu) de la visite, il y a des photos et des notes dans tous les blogs concernés par ce voyage. Sinon, sur cette dernière photo, la petite bande, jaillie de la grotte magique, se jette en rang serré vers la boutique de souvenirs. "Je veux des échantillons de pierres précieuses!" dit l'un, "Moi j'embarquerais bien la famille de chauve-souris qui ricanait là-haut à droite en entrant" dit l'autre, "Moi je prendrai bien un chargement de leur guano pour fertiliser mon potager" réclame un maniaque du jardinage ....  Et toujours sous un soleil tropical !!!

A suivre ?

18:03 Écrit par Hélène Merrick dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : visite, grotte osselle, souvenir bloguinade

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique