logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

04/08/2011

Visite des Salines

Envoûtés par les mystères de la Grotte d’Osselle, les invités de la belle Fanfan se remettaient de leurs émotions en savourant les petits plats franc comtois du restaurant des Grands Gourmands. Arrosé de vins du Jura, ce repas tombait à pic pour donner des forces à tout le monde avant la deuxième visite de la journée.

salines 1.jpg

Dehors, il pleuvait à sauts. Personne ne s’en rendait compte, tellement l’humeur était au beau fixe. « On va visiter les Salines ! » « Ouaiaiaia ! Hourra !!!! » « Qu’est-ce que c’est les Salines » ? « J’en sais rien, je ne les ai jamais vues », nous dit Fanfan.

Il aurait pu n’y avoir qu’un pot de sel à regarder qu’on aurait été tout aussi enthousiaste. On se demandait si ces Salines étaient des mines de sel, des silos remplis de sel, des usines où des gaillards en débardeur soulevaient des ballots de sels pour en faire des monticules de sel, des statues de sel, des sels de bains, des sels minéraux, des sels pour réveiller les dames évanouies du temps ancien. Bref, on en voulait, du sel, sous toutes ses formes. Joëlle, pas dégonflée, avait amené la remorque de son camping-car pour en trimballer vers sa province, d’autres avaient en hâte vidé leurs coffres sur le parking de la Grotte d’Osselle pour faire de la place aux sacs à sel, selle de cheval, cheval de course, course à pieds, pied à terre, terre de feu, feu follet, lait de vache, vache de ferme, ferme ta…. Et après ?

saline5.JPG

Après nous voici tous jetés en désordre sur un nouveau parking, fleuri, feuillu, tellement grand qu’on s’y perd, face à l’entrée des Salines.

Embûche : une grille géante sépare le hall battu par des vents glaciaux de l’aire de la visite. Voyant passer un groupe de collégiens avec leur guide, une poignée de nos blogueuses parmi les plus agitées du bocal se jettent sur les barreaux et hurlent : « Laissez-nous sortir, on est enfermé ! Au secours ! On veut sortir !!! » Les enfants, saisis de surprise puis de terreur, commencent à se demander si ces personnes plus âgées qu’eux ont toute leur tête, on voit passer dans leurs yeux encore frais des lueurs de grave inquiétude, mais il y en a de beaucoup plus terre à terre, dont un tout petit, qui a vite conclu :  « Si vous voulez qu’on vous ouvre il faut passer par la caisse. » En voilà un qui ne se laissera pas estamper dans ses années d’apprenti banquier.

Salines Christian tonnelle.jpg

(Notre Grillon adoré fait une pause sous la tonnelle d'un jardin )

Nous voilà à la queue leu leu devant la caisse, Fanfan, très efficace, négocie un prix de gros, non pas qu’on soit obèse, mais juste qu’en se tassant les uns contre les autres, on dirait une montgolfière à trente têtes, « le gros » de la troupe. On n’est pas trente, y a Gigi qui est resté peinard à la maison orange à nous tricoter des mitaines pour la soirée, et peut-être bien que d’autres se sont réfugiés dans un bistro proposant des soupes chaudes. On patauge un peu, flic flac dans les allées, floc floc sur les pelouses. Où sont les mines ? Les beaux mineurs luisants sous l’effort ? Où sont les collines de sel ?

Y a rien.

rires malgré la pluie.jpg

Enfin, si, y a des bâtiments carrés datant du 18 è siècle, dus à un architecte dont le nom m’a aussitôt échappé, allez savoir pourquoi, ces bâtiments carrés entourent une très vaste place carrée ou en quinconce, me rappelle plus tellement la pluie m’aveuglait les nerfs, laquelle place est entourée d’allées et au milieu, y a comme qui dirait, de l’herbe, pas de la beu, juste de la pelouse de gazon. Euh, voilà les Salines ; Il paraît qu’on y « entreposait du sel » un jour d’avant avant, que peut-être des messieurs dames en capelines, juste au corps, crinolines, perruques poudrées, se sai aussi des bains de boue ( ?) des bains de sel ( ?) enfin des sortes de « spa » comme on dit maintenant pour décrire les séances de jets d’eau, bains bouillonnants et autres roulades dans des algues de synthèse récoltées après le passage de l’Amoco Cadis (comment ça s’écrit ce truc ?), la belle de Cadix a des yeux de velours, aïe aiïe aiiïiiiaaaa.

salines, grosse bouch pierre vomi !.jpg

(Sur un mur, le truc le plus stupéfiant de la visite : une bouche de pierre qui vomit de la pierre ! Grandiose !)

 

Bon, revenons à nos moutons ; On s’est tous éparpillés au gré de la « visite », égarés serait plus juste, paumés dans la brume et la désolation. On a tenté de se retrouver et pour ça les uns sont entrés dans une galerie d’art où tous les vingt mètres était accrochée une croûte immonde d’art floral. Les autres ont pénétré dans un espace totalement mystérieux, vide à l’exception de deux chaises, une salle de bal pour cinq mille fêtards au bas mot. D’autres encore échappant à ces pièges artistiques d’un genre ultra dépouillé, se précipitaient dans la première porte venue, la seule décorée …. D’une silhouette de dame et d’une silhouette d’homme. A force on ne sait plus, mais c’était bien des toilettes, le seul hangar servant à quelque chose. Après bien des errances et de multiples coups de fil, les visiteurs hagards ont fini par se retrouver dans la librairie, dans le hall toujours aussi battu par les Hauts de Hurlevent, et hop, direction la maison orange.

visite vide.jpg

(Dernière étape des Salines: la visite de "rien"! Conceptuel !)

 

Ah, là, le Havre :

Le Cabanon. On aurait pu croire qu’on y avait goûté, après cette folle après-midi dans les Salines vides, mais non ! Ce Cabanon-ci, c’était le vrai, Le Cabanon de Fanfan et Gigi, où nous avons passé une des plus belles soirées de notre vie.

(A suivre !)

 

18:48 Écrit par Hélène Merrick dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : bloguinade, visite rigolote

02/08/2011

Osselle : le mystère continue!

Josette a brillamment conclu l'histoire "Queue de Poisson -La Chambre sans Nom", répondant d'un coup à toutes les questions en suspens, donnant des solutions implacables à des problèmes apparemment insolubles : le carton aux mains et aux pieds qui gigotent, le chassé croisé des numéros de chambre de l'Hôtel du Franc Courtois qui n'est répertorié nulle part, les mystérieuses mimiques des Coréens en simple promenade touristique....

N'ayant pas du tout envie d'oublier ou de mettre de côté les moments extraordinaires de ces trois jours, je reviens vous montrer des chouettes photos et divaguer sur leur signification !

entrée grotte.jpgVoici une entrée qui ne paye pas de mine ! un vieil escalier rouillé, une pancarte du type "toilettes messieurs-dames", c'est une façon de dissimuler tous les trésors, pour les protéger des pillages ou des déprédations.

avant visite grotte, photos henri, christiane.JPG

En réalité, l'enthousiasme des visiteurs est visible sur les photos de leur arrivée : sur l'aire de parking, Christiane la Niçoise tourne carrément le dos à la grotte ; fascinée par un fleuve où s'ébattent les nageurs de la prochaine compétition olympique, Camille Lacour en tête -notre champion sosie de Christopher Reeve, alias Superman!- Toute à son ébahissement, elle ne voit même pas le roi Henri 2 qui lui, photographie le ciel nuageux, des fois qu'il daignerait se découvrir.

Contrairement à ces deux étourdis, le groupe est tout excité à l'idée de s'enfoncer sous terre sans parachute :

blogueurs devant entrée grotte.jpg

Lélène prend son roi en photo, tournant elle aussi le dos à la grotte sous l'oeil réprobateur de Brigitte, toute de bleue vêtue comme son surnom de Fleur Bleue. Les autres là-bas commencent à se bousculer pour grimper le premier l'escalier bizarre qui évoque maintenant celui de l'hôtel à surprise du Franc Courtois.

Christiane aime le fleuve face grotte.jpg

Christiane se décide : délaissant ses champions au torse musclé et les sirènes qui les suivent, elle regarde maintenant vers la grotte. J'y va-t-y, j'y va-t'y pas? Max passe le premier avec les Québécois. Lélène farfouille dans son sac comme d'habitude, sans même se rappeler ce qu'elle y cherche.

Pierrette, Bob, groupe avant grotte.jpg

Ah là ça se précise, Pierrette et Bob, les amoureux du siècle, avancent vaillament sur les clous (avis aux jeunes générations, je refuse d'écrire passage piétons, j'adore l'expression traverser "dans les clous", ces gros clous qui ont disparu après avoir servi d'armes en mai 68 !). Pierrette et Bob passent à travers les gouttes, ils n'ont pas besoin de parapluie, ce sont des Dieux Vivants !

visiteurs de la grotte, mais que fait Bob ?.jpg

Mais que se passe-t-il? Tandis que tout le monde s'enfouit la tête dans les coffres de voitures à la recherche de parapluies, de paratonnerres, de lampes torches, de piolets, de pièges à souris, de sandwiches, de calepins, d'appareils photos, de caméras, de bandes nasales et molletières, sans compter pelles et pioches (certains croient entrer dans la tombe de Toutankhamon, laissons ces rêveurs à leur folie douce), tandis donc, que tout ça tout ça, Bob empoigne Lélène par les épaules, aîe, que se passe-t-il ? Pierrette? La parisienne aurait-elle insulté le char des Québécois? prononcé des mots comme Tabernacle sans l'accent ? Lélène essaie-t-elle d'arracher à Bob son magnifique parka made in Canada ? La recette de son élixir de jouvence? Imperturbable, Françoise harangue ses hôtes : "Allez allez, on avance, sinon on n'aura pas le temps de tout voir avant d'aller au restaurant."

Comme un seul homme, ou une seule femme, le groupe d'un bloc se précipite bottes les premières dans l'antichambre de la grotte. "Quand est-ce qu'on mange?" glissent sournoisement plusieurs petites voix clandestines.

sortie grotte via boutique.jpg

Comme au cinéma, vous êtes invités à revenir en arrière (flashback) si vous voulez relire le compte-rendu (!farfelu) de la visite, il y a des photos et des notes dans tous les blogs concernés par ce voyage. Sinon, sur cette dernière photo, la petite bande, jaillie de la grotte magique, se jette en rang serré vers la boutique de souvenirs. "Je veux des échantillons de pierres précieuses!" dit l'un, "Moi j'embarquerais bien la famille de chauve-souris qui ricanait là-haut à droite en entrant" dit l'autre, "Moi je prendrai bien un chargement de leur guano pour fertiliser mon potager" réclame un maniaque du jardinage ....  Et toujours sous un soleil tropical !!!

A suivre ?

18:03 Écrit par Hélène Merrick dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : visite, grotte osselle, souvenir bloguinade

07/07/2011

Patience !

Pour cause de fête familiale, je n'aurai pas le temps de cajoler Mac, mais ça ne va pas durer!

Bises à tous.

17:44 Écrit par Hélène Merrick dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : noces, bacchanales, ripailles, gueules de bois

06/07/2011

Activités blagueuses!

Après l'apéro, un bain dans la piscine, admirez trois sirènes : Françoise, Christiane, Josette

 

Piscine 1.jpg

C'était la canicule!

 

Dîner jardin .jpg

Dîner en liberté dans le jardin

 

plat qui donne faim!.jpg

Un plat qui donne très faim, mmmmm!

Bon appétit, les amis!

 

 

 

18:13 Écrit par Hélène Merrick dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : bloguinade, festins!

05/07/2011

Premier apéro !

En attendant d'inventer une suite à l'épisode de Josette, voici deux photos du début de notre rencontre. tout le monde n'était pas encore arrivé, mais les bouchons commençaient à sauter!

 

apéritif début.jpg

A la vôtre !

 

premier verrre.jpg

A demain, hips!

 

 

18:27 Écrit par Hélène Merrick dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : bloguinade, amitié, joie

22/06/2011

Blog en pause

Je pense à vous tous, mais n'arrive pas en  ce moment à tout mener de front !

Très bientôt, je reviendrai vos raconter des histoires et vous montrer des petits dessins!

Gros bisous à tous!

bannière gloutifleurs.jpg

15:02 Écrit par Hélène Merrick dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : surmenage!

06/06/2011

CatastroFête

Catastrophette

Comment souhaiter son anniversaire à un homme qui a décidé de se mettre au régime ? Inviter des potes amène forcément à déboucher des bouteilles, à avaler des amuse-gueules, à remplir les assiettes à ras bord de plats mijotés ; à passer de l’apéro, « et remettez nous ça » à des « bons vins » apportés généreusement par la troupe, à engloutir des trous normands et des digestifs et pour les plus téméraires, à enchaîner sur du champagne avec le fameux « Joyeux anniversaire ».

Etant partis il y a quelques jours, Z’Amour et moi, sur un coup de tête dans un pays où … « on mange bien », au retour, la balance a craqué sous nos poids.

- Qu’est-ce qui te ferait plaisir pour ton anniversaire ?

- Pas de gras, pas d’assemblée générale, pas de libations

- Ca va être gai.

- Ch’uis trop gros

- Non, t’es bien, c’est moi qui rentre plus dans ma jupe-test 

Au jour dit, comme c’était dimanche, jour du marché, nous voilà partis avec nos cabas sur le boulevard aux mille étals, où des monceaux de viandes, de fromages, de fruits, d’attrape-nigauds se bousculent.

Il est onze heures du matin, on vient de petit-déjeuner, pourtant, toutes ces bonnes odeurs et ces couleurs nous mettent aussitôt l’eau à la bouche.

Comme je veux faire plaisir à mon grand frisé, je lui dis « Prends ce que tu veux, choisis, me demande pas ». Il se plante devant l’étalage italien.

Pâtes fraîches, provolone, gorgonzola, jambons fumés et crus, confits, plats cuisinés, gratins, panna cota, tiramisu … Très régime, en somme.

Z’Amour commande une platée de tout.

Quand même, l’homme soudain affamé a un sursaut : « Va chercher les légumes pendant que je fais la queue ici, j’ai envie d’une ratatouille. »

Je vais chez le boulanger et lui chez le boucher. Il en sort avec une épaule plus basse que l’autre sous le poids du paquet.

- Ya quoi là-dedans ?

- De la bouffe pour la semaine : un poulet, deux côtes, deux bif, du jambon

- T’as pas déjà acheté du jambon italien ?

- Si mais c’est pas pareil, celui-là c’est pour toi, pour tes petits creux de la semaine.

- Ah bon ? Merci.

Je m’en vais lui acheter un bouquet de fleurs, vu qu’il ne veut pas de cadeau.

- Je prends un gâteau ?

- Nan, trop gras, trop sucré, on a plein de fruits, et puis j’ai acheté une panna cotta.

A midi, donc, loin des foules déchaînées, nous avons fait un bon petit repas, arrosé de Valpolicella.

Pour finir en beauté, je me dis qu’il faut quand même poser quelques bougies sur la panna cotta. J’ouvre le frigo, le truc est dans une barquette, y a pas grand chose, mais bon, ça ira. Je sais où sont les bougies, c’est déjà extraordinaire, je les extirpe d’une petite boite, et là, je commence à enlever la pellicule de cello qui recouvre la barquette de panna cotta.

Poucette coiffeuse.jpg

Alors, si vous n’avez pas vu le déluge, je vous le décris : le produit jaillit en biais, me couvre la robe, m’englue les doigts de pieds, les colle sur mes tongues, repeint les murs et se glisse partout sur le carrelage.

Il ne reste qu’une goutte de cette foutue panna cotta, que vais-je faire ? Oh le dessert de la folie que ça va être, ça, une goutte de panna cotta et plusieurs bougies qui la recouvrent ?

Je pousse un cri à travers la porte : « N’entre pas ! J’ai un truc à bricoler ! »

Z’Am’ a l’air surpris. Patient il attend. Je me creuse la cervelle en épongeant le par terre, les murs, ma jupe, je me mets pieds nus et abandonne les tongues à leur boue. Trois torchons y passent. Pendant ce temps, ça fourmille dans le crâne, je cherche partout le sauveur : la Floraline ! Par chance j’ai un demi-litre de lait.

Pendant vingt minutes, j’ai tenté de fabriquer une crème assez solide pour y déposer une couche (c’est beaucoup dire) du reste de panna cotta. Je l’ai posée dans le frigo, qui s’est immédiatement mis à fumer. Encore un quart d’heure plus tard, même topo, la semoule n’avait pas pris, je l’ai faite recuire, puis frigo encore, fumée, extincteur, pompiers, sortie de frigo, panna cotta sur la floraline et maintenant, tout ça est quand même liquide, faut que j’y mettre les bougies quand mêmes.

Elles flottent. Je m’affole, en les allumant, j’en ai fiché une à l’envers, je peste, elle s’allume pas, en fait j’essaie d’allumer le porte-bougie, je jette le tout et récupère une autre bougie, ouf ! « mais qu’est-ce tu fais ? » s’inquiète z’amour

- Euh apprête-toi à accueillir le gâteau d’anniversaire le plus nul de l’histoire du monde.bestioles.jpg

La surprise a été de taille ; la panna cotta liquide sur la floraline, c’était grandiose. Les bougies, en biais sur le bord de l’assiette, ça flanquait des taches de cire sur tout le parquet. Un grand moment, que mon cher bronzé a joyeusement filmé. Il a soufflé sur les bougies et j’ai reçu un bon paquet de crème sur la tronche. Après quoi, il m’a donné une idée : il manque du coulis. J’ai donc écrasé des fraises à la fourchette et les ai saupoudrées de stevia (régime !) et avec le truc bizarre floraline-panna cotta, c’était très bon !

« C’est les meilleurs grumeaux que j’ai mangé de ma vie », a conclu z’Amour hilare.

(A suivre!)

(Merci à Françoise la Comtoise de me permettre d'emprunter la dénomination "Z'Amour" pour parler de l'Homme sans le nommer!)

(La photo n'a rien à voir, à part l'ambiance cata, c'est la couverture d'un très vieil album de la Jeunesse Joyeuse)


 

18:02 Écrit par Hélène Merrick dans Blog | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : anniversaire, gâteau spécial, régime

14/04/2011

Princesse Yasmine

Une dernière visite à Rita, avec deux photos de sa fille Yasmine, princesse par son père Ali Khan

yasminrita.jpg

 

A gauche, elle ressemble à Rita, à droite Rita déjà atteinte de son mal depuis des années, conservait son joli sourire et ses beaux yeux

300px-Gilda_trailer_hayworth1.JPG

 

 

 

 

 

Ici à droite, Rita dans Gilda, "le sommet de sa beauté", disent les gens, mais elle l'était tout le temps, au sommet de sa beauté !

Princess_Yasmin_Aga_Khan.jpg

 

 

 

 

 

 

à gauche, Yasmine, âge adulte !

510px-Rita_Hayworth_1952.jpg

 

 

 

 

 

Rita et son mari Ali Khan, richesse, amour, honneur, si seulement ça pouvait éviter les dommages de l'esprit !

 

rita_hayworth.jpg
rita hayworth.jpg

Deux portraits de Rita, Un chef d'oeuvre de la nature !

Bon jeudi à tous.

 

14:31 Écrit par Hélène Merrick dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : cinéma, souvenir, hollywood

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique