logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

20/11/2018

Les Larmes de Glace 2018 (18)

Le Jardin des Miroirs (suite)

Stupéfaits, émerveillés, les globe trotteurs écarquillent les yeux, attiré par la magie lumineuse, ils s’égaient dans le labyrinthe vivant avec des rires et de cris de joie.

  • - Allez, mes enfants, dit la Fée, choisissez votre miroir ; il vous dévoilera ce que vous désirez savoir ; regardez-le, scrutez votre visage, interrogez votre reflet : pourquoi ce voyage ? Ai-je envie de le continuer ? Vaudrait-il mieux me laisser vivre, manger, dormir, me baigner dans les lacs, les mers ? Qu’importe pour moi la musique de cette planète, qu’importe Jerry le Plusse ? Qu’importent même les réponses à mes questions ?

    bon miroir glaces .jpg

Sur ces paroles, Lila Vallée se dirige vers un imposant miroir encadré de bois sculpté. « Et moi, suis-je bien certaine de désirer réussir ? Si ces visiteurs s’en vont, n’importe quelle catastrophe peut se produire, la musique pourrait cesser, la planète se dessécher, les Fées disparaître, le Magicien s’évaporer dans l’inconnu…Je ne sais rien, toute fée que je suis… »

Soudain, le miroir de Lila reflète autre chose que sa gracieuse image. Un noir bouillonnement brouille la surface limpide, et une sombre silhouette humaine apparaît à la Fée. Les contours de l’intrus demeurent flous, tandis que ses yeux se dessinent clairement dans son visage estompé. Lila Vallée s’immobilise, fixant longuement l’étrange regard qui l’apostrophe.

Elle pâlit et porte la main à son cœur de fée, dont on ne saurait dire s’il est d’or ou de fumée.

Sans bruit, quelqu’un s’approche d’elle, fasciné : Poco, le petit garçon de Nieu.

  • - Le revoici ! C’est bien lui, murmure-t-il

    3 têtes.jpg

La vision s’efface. Lila Vallée se tourne vers l’enfant, un air innocent sur ses traits parfaits :

  • - Que dis-tu petit Numade. Tu n te mires donc pas ? Pourquoi es-tu si agité ?
  • - Oh mais je me suis bien admiré, et j’ai vu bien plus loin qu le bout de mon nez, ah mais ! Je sais très bien ce que je dois faire, ah ah ah !
  • - Quoi donc ?
  • - Continuer, continuer, oui ! Jusqu’au Magicien, en plein dans l’Oreille Droite de Gloutine, avec tous ceux qui m’accompagnent.
  • - Et ensuite ? Si tu découvres un secret, qu’il soit bon ou mauvais, retourneras-tu sur ta planète des Nieus ?
  • - Qui sait, oui, qui sait ?

Poco s’éloigne, l’œil malicieux, un peu fou, déterminé.

« Curieux, ces terriens Numades, ils n’ont pas seulement perdu le Nord, mais beaucoup de leurs repères. » songe Lila Vallée.

Elle hausse les épaules et se tourne derechef vers la psyché qui ne reflète plus que son double.

fée et truff miroirs.jpg

Poco se précipite vers Aymeline, rêveuse devant son hologramme, et lui rapporte ce qu’il a surpris dans la glace de Lila Vallée.

Leurs compagnons s’examinent avec intérêt, les uns avec une expression mécontente, d’autres avec complaisance, ou avec dérision. Quelques-uns paraissent pétrifiés, consternés, même éblouis. Dans tous les cas, ils y glanent un évident plaisir.

Seul Azur le Dragon doré, affalé sur un parterre clignotant, contemple ceux qui se contemplent, ses yeux dorés exprimant la chaleur de son cœur.

Azur gros plan.jpg

(A suivre !)

16:49 Écrit par Hélène Merrick dans Dessins, Feuilleton, Livre | Lien permanent | Commentaires (1)

13/11/2018

15) Les Larmes de Glace 2018

Pour Fan (et ceux que cela intéresse, voici un gros extrait de la suite du feuilleton, ainsi, plus vite il sera publié, plus vite les adorables impatient(e)s comme Fan pourront le lire en entier !

Dans tous les cas, Blog 50 gardera dans son cocon bienveillant, les élucubrations fantaisistes de Lélène

15 ) Les larmes de Glace 2018 pour Blog 50

3 nov 2018 Lila Vallée

A sa vue, les deux pingouins émergent de leur léthargie, accélèrent le pas, saisis d’une vive agitation, dépassent tout le monde et, se cognant l’un contre l’autre comme d’habitude, s’effondrent en désordre aux pieds de Lila Vallée.

  • - Tiens donc, mes chérubins sont de retour ! Je n’aurai donc pas à attendre cent ans pour vous retrouver
  • - Qui est-ce ? chuchote Poco ébloui
  • - Lila Vallée, la Fée de l’Oreille Gauche, répond Chou Fleur
  • - Y en a-t-il une autre dans l’Oreille Droite ?
  • - Non, l’autre oreille de Gloutine appartient à Jerry Le Plusse. Il existe d’autres Fées sur note planète, mais elles empruntent rarement une apparence humaine. Elles volent, se transforment en fleurs, en éoiles, en brises légères…
  • - Bienvenue à tous, intervient Lila Vallée avec un beau sourire

    Lila Vallée gros plan.jpg

« Quelle coquine, pense Azur, elle va les embobiner en un rien de temps ! »

Sur leurs tiges, les Gloutifleurs bourdonnent autour de la Fée. Seuls les pingouins Mauve et Jaune se tiennent tranquilles, agrippés aux volants de Lila Vallée, comme s’ils craignaient d’être enlevés.

  • - Vous paraissez bien gais, mes amis, crie Lila Vallée pour dominer le vacarme. Asseyons-nous sous ces arbres et racontez-moi ce qui vous amène.
  • - Aaahh, Lila chérie, expirent les pingouins.

Sur ce, ils s’installent confortablement dans les plis soyeux de sa robe et s’endorment aussitôt.

  • - Toujours aussi dynamiques ces deux-là ! Alors, qui commence ?

Les présents se mettent à jacasser en même temps

Lila connaît leur histoire, puisqu’elle est fée. « J’aurais dû camoufler les abords de la planète, empêcher ces intrus de se poser. Je sens pointer les ennuis ; j’ai été négligente, ça m’apprendra à passer mon temps avec les animaux, à jouer des tours idiots et à me chamailler avec ce gros paresseux de dragon. A tenter d’oublier cette Oreille Droite où personne ne va jamais. »

  • - Personne n’y va jamais ?

    pingouins gros plan.jpg

Des voix alarmées tirent Lila Vallée de sa rêverie

  • - Aurais-je parlé tout haut ?
  • - Mais oui ! Tu nous inquiètes, Lila Vallée
  • - Pourquoi n’allez-vous pas dans l’Oreille Droite ?
  • - C’est vrai, ça, s’indignent les Gloutifleurs, pourquoi n’y allons-nous jamais, d’abord ?

Leurs pétales en folie emplissent les lieux d’une stridente mélopée.

Agacée, Hermeline tape du pied :

  • - Pourquoi êtes-vous si gais ? j’ai été attaquée par je ne sais quelle monstre horrible, je n’ai qu’une envie, rentrer chez moi !
  • - Du calme, Hermeline, dit l’Ours, ainsi tu connais le but de notre voyage, Lila Vallée ?
  • - Bien sûr gros malin, je suis une fée, j’ai quelques privilèges.

Avec un clin d’œil, Lila Vallée se lève, les bras levés pour apaiser protestations et commentaires

  • - Ecoutez-moi, mes amis, vous vous laissez bercer par la douceur de vivre, la Planète Gloutine compte plus de gourmands paresseux que d’excursionnistes
  • - Que dit-elle ? s’étranglent des Gloutinains susceptibles
  • - A mon avis, elle se moque de vous, suggère l’ours malicieux
  • - Et pas de toi, peut-être, gros plein de miel, riposte Chou Fleur
  • - Tu planes au-dessus de ça, ajoute un autre
  • - Tu es dans le secret des Fées
  • - Monsieur se croit fier
  • - Tu ne t’es pas regardé, espèce de prétentieux
  • - Allez-vous cesser de vous chamailler, s’exclame Lila Vallée. J’ai employé un mot ancien qui n’a plus cours de nos jours. Quoiqu’il en soit …
  • - Elle continue de parler dans une langue étrangère, grogne un Gloutinain
  • - Kouakilansoi, ça ressemble au jargon des perroquets
  • - Qu’as-tu contre les perroquets, dis voir ! s’énerve un kakatoès
  • - Je n’en peux plus, agonise Hermeline, arrêtez !

Hermeline a vécu plus d’années qu’un humain ordinaire, elle a engrangé les cultures de nombreuses civilisations, lu des contes et des légendes ; sa mémoire conserve les images délicates de livres enchantés ; pour elle, Lila Vallée est la plus merveilleuse créature de l’univers.

Coupant court au malaise ambiant, Poco émet un gargouillement informe. Il agite un index en direction de Lila Vallée : disparue !

Le gros dragon qui l’accompagne s’estompe lui aussi péniblement, comme si sa propre disparition l’épuisait. Enfin, le dernier petit point orange de sa langue s’efface du décor. Un tas de poussière luminescente voltige à la place désertée par Lila Vallée et Azur le dragon.

Un violent grondement perturbe les alentours. Sur la clémente végétation de Gloutine s’abat une averse implacable qui engourdit les voyageurs et les plaque contre l’herbe odorante.

  • - Voilà ! Vous êtes contents ? grelotte Hermeline, les oreilles dégoulinant de pluie glacée. Lila était la seule à pouvoir nous aider, qu’allons-nous devenir maintenant ?
  • - Sans elle nous n’y arriverons jamais, pleurnichent les Gloutinains
  • - Où sont les pingouins ?
  • - Ils ont disparu avec la Fée
  • - Non ! Regardez ! Là, les voilà !

                   (A suivre !)

16 ) 2 novembre 2018 (16)

La pluie s’interrompit brusquement.

Là où la poussière avait voltigé, trônait le rocher moussu sur lequel Lila Vallée était perchée avant de s’effacer. On aperçut un vague contour, deux formes embrumées, Mauve et Jaune, les yeux clignotant.

  • - Alors ? Où est la Fée ? Est-elle vraiment fâchée ? Qu’allons-nous devenir ? Pourquoi nous abandonne-t-elle ?

C’est à qui pleurerait le plus fort.

Un jaillissement d’étoiles sifflantes coupa court aux lamentations. Lila Vallée et son dragon Azur se posèrent au cœur de la foule. Une ovation mêlée de sanglots les salua.

Chacun tint sa langue pour ne plus rompre le charme.

Immobile, la Fée les observait de ses grands yeux violets. La Dragon lissa un regard à travers ses lourdes paupières ambrées. Même les oiseaux ne volaient plus, ils attendaient.

Enfin, Lila Vallée décroisa les bras et dit :

  • - Avant de poursuivre votre voyage, je vais vous emmener au Jardin des Miroirs, si vous le souhaitez, naturellement, je ne force personne. Ceux qui n’auraient pas envie de continuer peuvent rester ici en attendant mon retour, ou s’en aller où bon leur semble.

Sitôt dit, sitôt fait. Personne ne manifestait le désir de renoncer au voyage ; et pour cause : comment sauraient-ils revenir sur leurs pas ?!

Les plus aventureux risquèrent un œil sur le chemin parcouru : tout semblait englouti ; dans le brouillard, la brume, la pluie, les nuages, difficile de s’y retrouver.

Lassés par les prodiges et les émotions, les voyageurs se retenaient de protester.

  • - Bravo, pesait le dragon Azur, Ils vont croire que la planète se détruit à chaque pas ; mais elle, quel est son but ? Ces brimades ne riment à rien.
  • - Tiens donc, fulminait la Fée, on coupe les ponts ? Quelqu’un jette des sorts contraires aux miens ? Oooh, je soupçonne quelqu’un ! Là-bas, dans l’Oreille Droite, « on » attend les visites avec impatience ! Soit. Je ne me laisserai pas intimider ! La Porte du Magicien est encore loin, mais j’y mènerai qui je veux.
  • - Elle veut s’amuser, ruminait Azur, quelle peste ! Elle veut réussir ce voyage, pourtant elle fera tout pour le rendre difficile ; je devine ses pensées, pourtant je ne comprends pas à qui ou à quoi elle fait allusion. Je garde mes yeux et mes oreilles grands ouverts.

    Fée et dragon.jpg

La caravane s’ébranla. Lila Vallée et Azur en tête. Inquiets, Hermeline, Poco Lori, Chou Fleur et les autres leur emboîtèrent le pas. Les Gloutinains regrettaient de ne pas s’être enfuis plus tôt. Ils secouèrent leurs pétales et suivirent le mouvement en silence.

 (A suivre !)

 Les Larmes de Glace 2018 (17) 12 nove. 18

17) LE JARDIN DES MIROIRS

Fée, Dragon, Fleurs, Humains, animaux à pattes, à ailes, petits, grands, tendres, grognons, gais, courageux, paresseux, poltrons, bon gré mal gré, s’engagent à la queue leu leu sur un pont envahi de végétation.

Plus ils avancent, plus elle s’épaissit. Personne n’ose s’en plaindre, la route a déjà été longue, ils souhaitent au plus vite atteindre le but de leur quête. La Porte du Magicien. La Porte du Monde, se persuadent les plus utopistes.

  • - Stop ! crie Lila Vallée.

Surpris, les marcheurs sursautent en désordre.

Un fouillis de branchages leur dissimule l’horizon. Des corolles roses et blanches se balancent nonchalamment. Le chemin s’arrête là.

  • - Derrière ces fleurs commence le Jardin des Miroirs, précise la Fée. J’ouvre le passage. Ne piétinez surtout rien, ces végétaux sont susceptibles, du genre très gourmands, si vous voyez ce que je veux dire !
  • - Carnivores ? Quelle horreur ! s’exclame Poco
  • - Et c’est ce que tu appelles ton paradis ? ronchonne Hermeline, Bravo ! Quant à ses habitants, quelle bande de gromeleux-grognons-mal lunés !
  • - Je t’assure, Hermeline, ils n’étaient pas comme ça quand je suis venu ici la première fois, d’ailleurs ne suis-je pas reparti librement ?
  • - Qui te dit que ce n’était pas un piège, pour m’attirer ici avec toi et nous détruire tous les deux, nous les Numades de Nieu, les Numades libres de l’Espace ?
  • - Tu divagues mon amie, ce n’est pas possible
  • - Chut, dit l’Ours, marchez, vous vous chamaillerez plus tard. N’oubliez pas : une Fée nous guide, elle entend tout, elle sait tout, elle peut presque tout…

Il fallait maintenant s’insinuer avec précaution derrière Lila Vallée, dans un couloir bruissant de murmures, de chants, de froissements.

Au bout du sentier, la lumière resplendit, bleue et verte, orange et dorée ; on se hâta sans plus de façons vers cette clarté, attrayante comme la chaleur d’un jour d’été sur la Terre, une oasis flamboyante riche de promesses.

Jardin des miroirs.JPG

La piste s’élargit enfin. Nos amis, ensemble, découvrent le Jardin des Miroirs. Partout, du sol au ciel, sur les arbres, les branches, des miroirs scintillent. Les plantes miroitent en millions de leurs entrecroisées. Le bruissement habituel du feuillage ne ressemble à aucun autre, ici ce sont des tintements, des murmures radieux, des petits rires en clochettes.

(A suivre !)

 

12:30 Écrit par Hélène Merrick dans Dessins, Feuilleton, Livre | Lien permanent | Commentaires (1)

10/11/2018

Repentir pour Fan !

Chère Fan, puisque tu veux lire le livre en entier, je vais continuer pour toi !

En attendant, un petit dessin :

Lilly & pingouins.jpg

Les yeux sont ceux de Lila Vallée, une Fée de la planète "sucrée", les pingouins sont ses fidèles ... fans !

20:34 Écrit par Hélène Merrick dans Dessins, Feuilleton | Lien permanent | Commentaires (1)

08/11/2018

Feuilleton en pause

Les amis de Blog 50 ayant déserté ce lieu pourtant si convivial, pour s'agglomérer à un réseau social surpeuplé, je suspens la publication de mon petit livre Les Larmes de Glace 2018. Plus tard, il apparaîtra sur ordinateurs et tablettes et téléphones, avec des tas d'illustrations inédites et un texte dépoussiéré (comme j'avais commencé ici)

En guise d'au revoir, voici une image double envisagée il y a un moment comme bannière.

A bientôt, avec d'autre sujets et d'autres images !

LillyJerry essai bannière.jpg

17:50 Écrit par Hélène Merrick dans Dessins, Feuilleton | Lien permanent | Commentaires (1)

30/10/2018

Les Larmes de Glace 2018 (14)

Les Larmes de Glace 2018 pour Blog 50

14) LA FÉE DE L'OREILLE GAUCHE

Azur, le dragon doré, n’en croyait pas ses grands yeux verts

Azur gros plan.jpg

Perché sur une de plus hautes tours de son château, il voyait approcher une troupe de personnages hétéroclites : des Terriens, des Gloutifleurs, des animaux de Gloutine et d’ailleurs, des êtres d’origines indéterminées, ils marchaient, volaient, rampaient, sautillaient, couraient selon leurs morphologies hautes en couleurs.

Ces envahisseurs dansaient et chantaient dans le matin lumineux, en gravissant allégrement le chemin boisé de sa demeure.

  • - Je suis éveillé, murmura-t-il, pourtant je rêve, ce doit être encore cette coquine de Fée qui me joue des tours !

Un éblouissant tourbillon jaillit d’une cheminée, et Lila Vallée apparait au dragon Azur.

Lilly extrait ours jpg.jpg

  • - De quoi m’accuses-tu, gros paresseux ?
  • - Umpff, hoquette Azur, tu m’étourdis ! Tu surgis avec une telle brutalité, vilaine Fée !
  • - Sais-tu seulement distinguer le sommeil de l’état de veille ? Tu rêves la nuit, tu rêves le jour, les hallucinations dont tu me rends responsable sont souvent le fruit de ta fantaisie !
  • - Cesse de me harceler, gémit Azur, tu me donnes chaud, mes écailles crépitent, ta voix carillonnante et tes paroles perfides m’assourdissent ! Regarde là-bas : explique-moi plutôt ce phénomène, toi qui te prétends omnisciente !
  • - Eh bien, voilà du nouveau, peu ordinaire, je n’ai rien vu de tel depuis des siècles. Auraient-ils le toupet d’aller …
  • - Le courage ! l’interrompt le dragon, piaffant d’excitation, le courage et la joie de mener le voyage jusqu’à …
  • - Jerry le Plusse, exhale la Fée, les joues rouge coquelicot.
  • - On irait que deux ou trois de ces étrangers ont pris la tête du cortège
  • - Dois-je les laisser faire ?
  • - Pourquoi pas ?
  • - Imagine : cette route conduit au Magicien, mais aussi au-delà de notre planète,
  • - Qu’en sais-tu ? et quelle importance s’ils quittent Gloutine ?
  • - Je sais des choses que toi tu ne connais pas, Je suis Lila Vallée, la Fée de l’Oreille Gauche, je suis née avec la Planète Gloutine. Si ces créatures trouvent Jerry le Plusse, s’ils emportent son secret dans l’Espace, Gloutine va périr ! Et moi avec…
  • - Ne dramatise pas, ma Fée. D’abord, la population de Gloutine ne s’est pas rassemblée brusquement pour disparaître, ensuite, puisqu’il faut te mettre les points sur le « i », l’expédition vers la porte du Magicien est semée d’embûches ; ces insouciants randonneurs pourraient ne pas en réchapper.
  • - Ils rient ! Ils sont gais ! C’est très mauvais !
  • - Es-tu Fée oui ou non ? Joue-leur quelques tours, ça les découragera !

Azur crache une grosse gerbe de flammes, une action équivalent à un éclat de rire selon la vie des dragons.

  • - Eh, maladroit, éteins ton four !

Irritée, Lila Vallée agite sa baguette magique sous les naseaux du Dragon penaud. Ses yeux pailletés cependant expriment une vivacité depuis longtemps assoupie.

En une envolée d’étoiles, Lila Vallée remplace les volants roussis de sa robe par des ailes de gaze.

Fée et dragon.jpg

Les joyeux pélerins ont franchi le dernier pont avant le château.

  • - Houou ! Youhou ! Eho ! Ohé, Hep ! Vous là-bas !

Ces manifestations d’allégresse piquent au vif l’esprit complexe de la Fée.

« Je vais bien m’amuser, finalement ! Ah, on veut échapper aux sortilèges de ma planète ? C’est ce que nous allons voir. Ainsi, on veut tout révéler sur le miel, la musique de Gloutine, on veut rencontrer Jerry le Plusse ? Alors, courez, courez, petits fous ! Je vous attends au tournant ! »

(A suivre !)

 

00:32 Écrit par Hélène Merrick dans Dessins, Feuilleton, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

29/10/2018

13) Les Larmes de Glace 2018

 

Les Larmes de Glace 2018 pour Blog 50 (13)

13 ) Drôle de nuit !

Chacun sursautait à tour de rôle et réveillait son voisin, qui sursautait à son tour et réveillait son voisin et ainsi de suite. Personne ne réussissait à dormir plus de quelques secondes avant le prochain remue-ménage.

On prétendait entendre d’affreux hurlements, on se plaignait de mourir de froid ou d’étouffement ; quand le calme revenait un peu, tout à coup, des mouvements irrépressibles bouleversaient le groupe, certains affirmaient avoir assisté à des enlèvements et à des apparitions, comme Hermeline au crépuscule.  

yeux Lila.jpg

Glacés de terreur, les malheureux se blotissaient, creusaient des terriers, s’enfouissaient dans le sable ; on se précipitait sur les branches de miel les plus proches pour chercher dans ses vertus mystérieuses l’oubli ou le sommeil d’une paisible digestion. Rien n’y faisait.

Se remettre en route en pleine nuit ? Il n’en était pas question, la panique et la confusion chamboulaient les esprits.

Enfin, l’aube daigna pointer son nez pâlot à travers le feuillage humide. Visions et peurs disparurent.

La douceur habituelle du jour de Gloutine réchauffait les cœurs.

  • - Je veux rentrer chez moi, répétait Hermeline, hébétée.
  • - Je ne comprends pas ce qui s’est passé, se lamentait Poco
  • - J’ai cru ma dernière heure arrivée, gémit un Gloutifleur tout dépenaillé ; je préfère retourner d’où je viens.
  • - Moi aussi, renchérit un autre, j’abandonne. D’ailleurs n’est-ce pas ce que ces phénomènes essaient de nous faire comprendre ?
  • - Comment ça ? Et qui nous en voudrait à ce point ?
  • - Le Magicien ? Peut-être ne veut-il voir personne ?
  • - Oh bêtises ! intervint Chou Fleur, un grand magicien comme Jerry Le Plusse ne perdrait pas son temps à jeter des sorts d’apprenti !
  • - Ils t’ont quand même fait trembler, non ?
  • - C’est vrai, j’avoue, dit Chou Fleur, comme vous tous. Il n’empêche que moi, je poursuis le voyage, quoi qu’il arrive

Ainsi, après avoir grossi d’étape en étape, la troupe se scinda en deux.

Ceux qui continuaient regardèrent à regret s’éloigner leurs compagnons découragés, trop poltrons ou trop sages, le futur allait en décider.

 

(A suivre !)

14:30 Écrit par Hélène Merrick dans Dessins, Feuilleton, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

26/10/2018

Les Larmes de Glace 2018 (12)

Suite Larmes de Glace 2018 pour Blog 50 : 25 octobre 2018

Mauve et Jaune (12)

Deux animaux, semblables à des pingouins, débouchent d’un bosquet ; ils titubent l’un contre l’autre, incapables de se mouvoir seuls. Leurs yeux roulent en tous sens comme s’ils avaient du mal à choisir leur objectif. Sur la tête de l’un vacille une mèche de plumes jaune, sur celle de l’autre une mèche de plumes mauve.

pingouins gros plan.jpg

  • - Qui sont ces personnages ? s’esclaffe Poco
  • - Ils n’ont pas l’air agressifs, au moins, constate Hermeline, encore tremblante
  • - Ils ont dû s’égarer, ou alors ils émergent tout juste d’une profonde hibernation, glousse Chou Fleur

Tels des ivrognes, les deux pingouins trébuchent sur le moindre gravier.

  • - Crois-tu qu’on passe l’hiver à dormir ici aussi ? s’étonne Hermeline, je me demande ce que vous faites, excepté manger et dormir ! Votre terre tremble, la mer gronde sans prévenir, le ciel se fâche, vous n’êtes pas équipés pour dépasser votre horizon, et vous continuez à vous goinfrer de miel !
  • - Nous vivons en paix, nous sommes heureux, s’indignent en chœur les Gloutifleurs.

Entre temps, les deux pingouins huppés sont arrivés devant le groupe après s’être abondamment cognés.

  • - Salut, qui êtes-vous ?
  • - Ils sont ivres, dit l’Ours
  • - Pas du tout, répond dignement le jaune, notre nom n’est pas « Tivres »
  • - Vous êtes ronds, alors, insiste l’Ours
  • - Notre tour de taille ne regarde que nous
  • - Il doit s’en lasser !
  • - Vous constaterez que nous ne portons pas de lacets ! s’étranglent les jumeaux, outrés.
  • - Arrêtez, tous les deux, dit Poco, conciliant. Alors comment vous appelez-vous ? Et pas de jeux de mots, s’il vous plait
  • - Je suis Mauve, dit l’un avec une courbette maladroite
  • - Je suis Jaune, dit l’autre, retenant son copain qui tangue comme un petit navire.
  • - Ils sont gris, reprend l’Ours
  • - C’est clair, ajoute Poco.

Sous les éclats de rire de l’assistance, Jaune et Mauve semblent étonnés et un peu inquiets.

pingouins sur ballons.jpg

  • - Serions-nous des intrus ?
  • - Vous êtes les bienvenus
  • - Vous joindrez-vous à nous demain matin ? Ce soir nous campons ici, propose Hermeline
  • - Puisque nous sommes réveillés, nous tenterons de vivre, soupire Jaune
  • - Nous marcherons, expire Mauve.

Et les voilà qui se roulent en boule et s’endorment sur le champ.

  • - Quelle vitalité !
  • - Un tempérament trépidant !
  • - Suivons leur exemple, propose Chou Fleur, avec tous ses soleils, la nuit de Gloutine ne dure pas longtemps.

On s’allongea. On se pelotonna ensemble, plus serrés que d’habitude, pour décourager de nouveaux nuages porteurs d’images menaçantes.

Cette nuit-là, cependant, ne fut pas paisible le moins du monde…

 

(A suivre)

15:49 Écrit par Hélène Merrick dans Dessins, Feuilleton, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

25/10/2018

Les Larmes de Glace 2018 (11)

 

19 octobre 2018 (11)

11 ) Apparitions-suite

L’enfant la dévisage sans un mot, les joues pâles ; son regard stupéfait s’envole plus loin, derrière Hermeline alarmée. Elle se tourne pour affronter la vision de Poco et pousse un cri : un énorme nuage noir flotte au raz du sol, enveloppe comme une couche de suie la clairière qui les accueillait si joyeusement auparavant. Un silence total accompagne l’amas ondoyant ; le paysage enchanté disparaît. Hermeline sent un froid intense la saisir comme un manteau de glace ; instinctivement, elle tâtonne dans l’obscurité pour protéger Poco de son corps.

Herm écoute sable.jpg

Avec horreur, comme dans un cauchemar assombri de nuées, elle essaie de parler, mais aucun son ne traverse ses lèvres.

Apparaissent alors, au cœur floconneux des ténèbres, deux yeux gigantesques, vert émeraude, assez gros pour y noyer un navire, une esquisse de visage, un bec courbé. Hermeline, pétrifiée, vogue un temps infini dans le froid, avant d’émerger péniblement dans le monde accueillant de Gloutine.

Sur elle se penchent Poco, livide, l’Ours, fou d’inquiétude, Chou Fleur hirsute ; les Gloutifleurs éventent Hermeline de leurs pétales affolés ; Lori glapit et tortille les longs cheveux rouges de sa protectrice.

  • - Où étais-tu perdue, Hermeline ? Tes beaux yeux verticaux sont tout égarés
  • - J’ai cru ma dernière heure venue … mais toi, qu’as-tu vu ?
  • - Un nuage noir comme de l’encre t’a enveloppée
  • - L’oiseau ! Tu l’as vu l’oiseau noir et vert ? J’avais la sensation qu’il m’étouffait dans des glaçons …
  • - Un oiseau ? Non, personne ne l’a vu, à ma connaissance
  • - Nous n’avons pas vu d’oiseau, confirme l’assemblée
  • - Quand tu as disparu une ombre t’a remplacée, une ombre humaine
  • - C’est vrai, répètent les Gloutifleurs, c’était un Humain
  • - Comment ça, un Humain ? C’était un gros oiseau !
  • - Mais non, on te dit, un homme, flou
  • - On voyait bien ses yeux verts, affirme Chou Fleur
  • - Sombres !
  • - Menaçants !
  • - Mais non, pas menaçants, s’énerve l’Ours gris-bleu, pourquoi tout de suite en faire un drame ? Je l’ai trouvé attentif, fixe, intéressé

    dragon.jpg

  • - Je ne comprends pas, dit Hermeline, en tout cas, je ne me sens pas du tout en sécurité maintenant, dans votre soi-disant paradis.
  • - Oh, regardez là-bas ! s’écrie Poco.

 

(A suivre)

13:07 Écrit par Hélène Merrick dans Dessins, Feuilleton, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique