logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/10/2018

Les Larmes de Glace 2018 (11)

 

19 octobre 2018 (11)

11 ) Apparitions-suite

L’enfant la dévisage sans un mot, les joues pâles ; son regard stupéfait s’envole plus loin, derrière Hermeline alarmée. Elle se tourne pour affronter la vision de Poco et pousse un cri : un énorme nuage noir flotte au raz du sol, enveloppe comme une couche de suie la clairière qui les accueillait si joyeusement auparavant. Un silence total accompagne l’amas ondoyant ; le paysage enchanté disparaît. Hermeline sent un froid intense la saisir comme un manteau de glace ; instinctivement, elle tâtonne dans l’obscurité pour protéger Poco de son corps.

Herm écoute sable.jpg

Avec horreur, comme dans un cauchemar assombri de nuées, elle essaie de parler, mais aucun son ne traverse ses lèvres.

Apparaissent alors, au cœur floconneux des ténèbres, deux yeux gigantesques, vert émeraude, assez gros pour y noyer un navire, une esquisse de visage, un bec courbé. Hermeline, pétrifiée, vogue un temps infini dans le froid, avant d’émerger péniblement dans le monde accueillant de Gloutine.

Sur elle se penchent Poco, livide, l’Ours, fou d’inquiétude, Chou Fleur hirsute ; les Gloutifleurs éventent Hermeline de leurs pétales affolés ; Lori glapit et tortille les longs cheveux rouges de sa protectrice.

  • - Où étais-tu perdue, Hermeline ? Tes beaux yeux verticaux sont tout égarés
  • - J’ai cru ma dernière heure venue … mais toi, qu’as-tu vu ?
  • - Un nuage noir comme de l’encre t’a enveloppée
  • - L’oiseau ! Tu l’as vu l’oiseau noir et vert ? J’avais la sensation qu’il m’étouffait dans des glaçons …
  • - Un oiseau ? Non, personne ne l’a vu, à ma connaissance
  • - Nous n’avons pas vu d’oiseau, confirme l’assemblée
  • - Quand tu as disparu une ombre t’a remplacée, une ombre humaine
  • - C’est vrai, répètent les Gloutifleurs, c’était un Humain
  • - Comment ça, un Humain ? C’était un gros oiseau !
  • - Mais non, on te dit, un homme, flou
  • - On voyait bien ses yeux verts, affirme Chou Fleur
  • - Sombres !
  • - Menaçants !
  • - Mais non, pas menaçants, s’énerve l’Ours gris-bleu, pourquoi tout de suite en faire un drame ? Je l’ai trouvé attentif, fixe, intéressé

    dragon.jpg

  • - Je ne comprends pas, dit Hermeline, en tout cas, je ne me sens pas du tout en sécurité maintenant, dans votre soi-disant paradis.
  • - Oh, regardez là-bas ! s’écrie Poco.

 

(A suivre)

13:07 Écrit par Hélène Merrick dans Dessins, Feuilleton, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

20/10/2018

Larmes de Glace 2018 (10)

10 : APPARITIONS

 

Le premier jour du voyage, Hermeline, Poco, Lori, Chou Fleur et un groupe de Gloutifleurs enthousiastes, cheminèrent tranquillement dans une forêt de pins odorants, fréquentée par des natifs plus gourmands les uns que les autres.

On décida de camper ce soir-là aux abords d’une ourserie, rassemblement d’ours attirés en ces lieux par une qualité particulière de miel résiné.

ours bleu pastille.jpg

Au dîner, l’Ours gris-bleu, le sourire railleur, s’approcha d’Hermeline. D’une ample courbette, le museau au raz des pattes, il lui proposa ses services :

  • - Je serai votre matelas, chanta-t-il gaiement
  • - C’est trop d’honneur, répliqua Hermeline, déroutée
  • - Tout le plaisir sera pour moi, enchaîna le galant quadrupède, en lui baisant le bout des doigts
  • - Seulement pour vous ? Alors ça ne m’intéresse pas !
  • - Piétinez-moi, je suis votre serviteur
  • - Ne me tentez pas, messire, je pourrais vous prendre au mot, mes pattes ont besoin de repos, et moi de dormir en silence.
  • - Voici donc l’occasion de me mettre à l’épreuve, insista l’Ours avec un bon gros rire.

Agacée, Hermeline lui tourne le dos. Elle s’étend sous un arbre violet qui l’abrite comme un toit, la joue contre l’herbe soyeuse aux reflets nocturnes.

L’Ours s’assied près d’elle et la regarde s’endormir.

Ours & Hermeline JPG.jpg

Quelques heures plus tard, le froid de la nuit s’abat sur le campement. Les Gloutifleurs se pelotonnent les uns aux autres en un bouquet parfumé de mille fleurs. Hermeline, sans s’en rendre compte, se réfugie dans les grands bras câlins de l’Ours, bien au chaud dans sa douce fourrure.

Chaque soir, fidèle à sa mission, l’Ours tient consciencieusement son rôle de couette chauffante ; la belle Terrienne n’en soupçonne rien.

« Pourquoi sourit-il toujours mystérieusement à mon réveil ? s’interroge-t-elle parfois, intriguée ; il m’agace ce grand idiot ! »

Chaque jour, des Gloutifleurs et des touristes curieux se joignent au groupe pour le voyage légendaire, souvent entrepris, jamais achevé.

Gloutifleurs, oursons arbrellustrations compl. Larmes de Glace JPG.jpg

  • - Comme c’est facile de se nourrir sur cette planète, remarque Poco, dansant sous un cocotier.
  • - Etrange, surtout, dit Hermeline, tout est trop simple depuis le début, ne trouves-tu pas ?
  • - Pourquoi t’inquiéter ? Nous avons déjà beaucoup marché, sans encombres, c’est vrai, mais longtemps, alors ce n’est pas aussi simple que tu le dis ; il semble loin, ce Jerry le Plusse, je voudrais atteindre au plus vite cette oreille droite, la curiosité me démange !
  • - Tiens, ces arbres donnent aussi du pain et du fromage, les fruits abondent, sans ressembler vraiment à ceux de la Terre
  • - Un paradis culinaire je te dis, rêve Poco en s’étirant avec extase.
  • - Détruit, ajoute tristement Hermeline
  • - Disparu ? s’enquiert Chou Fleur
  • - Je ne sais pas, répond Hermeline, peut-être notre Terre existe-t-elle encore, peut-être la retrouverons-nous un jour… Qui sait ?
  • - Le Magicien, bondit Poco, Jerry le Magicien, lui, il doit savoir !

    Herm;Poco; Lori n&b  .jpg

Chou Fleur l’interrompt :

  • - Jerry le Plusse, n’espérez pas qu’il vous révèle ses secrets. Le miel, par exemple, n’avez-vous pas constaté à quel point il rend dolent et insouciant ? Ce n’est pas une drogue, mais il est si délicieux qu’on a du mal à s’arrêter d’en absorber ; après, on digère dans la béatitude et la paresse ! Et la musique ? La musique de Gloutine, quand on l’écoute trop longtemps, donne-t-elle envie de courir à sa source ?
  • - Des mystères ? Le miel, la musique ?
  • - Les clochettes que nous avons perçues le premier jour, tu t’en souviens Hermeline ?
  • - Oui, je les entends souvent.
  • - Tout ceci a un rapport avec le Magicien, c’est sûr
  • - S’il en est le démiurge, peut-être… Jerry le Plusse, comment est-il donc ? Possède-t-il un visage ? Change-t-il cent fois de couleur ? Ressemble-t-il au rêve de chacun ou est-il unique pour tous ?
  • - nom court la galaxie, certains l’associent à du marbre, du corail, de la glace…
  • - Mmm, des glaces à manger, interrompt Poco, l’œil brillant de gourmandise Son
  • - Un grand pâtissier ?

On éclate de rire. Les uns contemplent le ciel, les autres goûtent la douceur du temps, la lumière des fleurs.

Gloutifleurs & animaux.jpg

 

« Trop calme, pense Hermeline, je n’aime pas ça du tout. »

  • - Mais, qu’as-tu Poco ? Poco ! Réponds-moi !

 

(A suivre !)

 

13:24 Écrit par Hélène Merrick dans Dessins, Feuilleton, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

17/10/2018

Les Larmes de Glace 2018 (9)

Suite (8)

Départ en fanfare

Bd origine H & Poc.jpg

 

Sa conversation terminée, le Zipoc remonte en flèche à la surface. Hermeline, Poco et Lori ont à peine le temps de l’imiter : le voici qui les croise à nouveau avant de se perdre dans les profondeurs marines.

  • - Eh bien ? demande Poco aux Hilaropodes, il ne nous a donné aucune piste !

Chou Fleur et les Hilaro contemplent pensivement les Numades de Nieu et leur mascotte aux gros yeux.

  • - Alors ? Notre vaisseau ? insiste Hermeline

Les Hilaropodes sont saisis de balancements frénétiques, aussi Chou Fleur répond-il pour eux :

  • - Une seule personne sur cette planète pourrait vous aider
  • - Allons-y donc ! s’impatiente Hermeline, qui est-ce ?
  • - Le Magicien de l’Oreille Droite, Jerry le Plusse
  • - Il me semble avoir entendu ce nom-là quelque part, et toi Poco ?
  • - Hermeline, tu dors trop ! Moi qui ne cesse de voyager, je peux t’affirmer que bien des extra-terrestres donneraient tout pour l’avoir sur leurs planètes, c’est une légende vivante !

    caverne n&b Hermeline.JPG

  • - D’accord, toi qui voulais explorer les oreilles de Gloutine –pouah quelle horreur !- te voilà servi ! Quant à moi, si je veux retrouver mon cocon chez mes Nieus, je n’ai plus qu’à te suivre.

Soudain, la mer s’agite, d’un bouillonnement d’écume, surgit le Zipoc irascible :

  • - Ne rêvez pas ! C’est une quête impossible ! Vous êtes condamnés, comme nous autres, à rester ici jusqu’à la fin de vos jours et de vos nuits

Sur ces paroles malveillantes, il disparaît à jamais dans le tourbillon des flots.

  • - Mais quelle méchanceté, s’indigne Poco
  • - Dans quel piège sommes tombés ? se lamente Hermeline, pourquoi cette bestiole est-elle de si mauvaise humeur ?

Narquois mais amical, Chou Fleur les observe :

  • - Si vous êtes prêts, je vous servirai volontiers de guide.

    Lori & chouette.jpg

Sur le sable doré qui chante soudain à tue tête, Poco bondit ;

  • - Remue ton corps indolent, Hermeline, moi je me sens d’attaque pour franchir des lieues !
  • - Nous irons à pied, ajoute Chou Fleur, vous l’avez compris, n’est-ce pas ? Pas de véhicules, pas d’engins volants, ici nous utilisons nos pattes, nos pieds ou nos ailes.
  • - Avons-nous le choix ? Pourquoi cette épreuve inutile et anachronique ?

Les Hilaropodes, légèrement calmés, interviennent en chœur :

  • - Pour que le plus grand nombre d’individus se joignent à ce voyage, voyez-vous, pour nous aussi, habitants de la planète, les oreilles de Gloutine demeurent un mystère. Presque tous, nous avons un jour ou l’autre, entamé ce périple, mais aucun de nous ne l’a mené à son terme
  • - Pour quelle raison ?
  • - N’est-ce pas le paradis, ici ? Notre paresse et notre gourmandise nous y enchaînent, pourtant, parfois, nous tentons d’échapper à ce rêve gluant de bonheur perpétuel
  • - Vous ne connaissez pas votre chance, dit Poco, interrogez donc Hermeline, elle a vécu des guerres terrestres, interplanétaires, intergalactiques… avant de se pelotonner tous les six mois dans son refuge de la Planète des Nieus
  • - Moque-toi ! C’est vrai, pourquoi nous serions-nous réfugiés sur la Planète des Nieus ? Là-bas, personne ne nous attaque ; seul, toi Poco, tu continues à chercher de nouveaux mondes, plus cléments. Moi, je ne sais pas… Comme tu l’as remarqué si souvent, je n’ai même pas eu la volonté d’aller ouvrir la porte scintillante, au fond de ma caverne…
  • - Avale un peu de miel, Hermeline, suggère Chou Fleur, il te consolera de tes idées noires, profite de l’instant, tu te sentiras plus forte et plus gaie pour randonner.

    lémurien timide fragment.jpg

Une brassée frémissante de Gloutifleurs encerclent nos amis, curieux de leurs propos.

  • - Vous partez ? Pouvons-nous vous accompagner ? Quel bonheur ! peut-être trouverons-nous Jerry le Plusse, peut-être nous dévoilera-t-il les secrets de Gloutine !
  • - Exactement, rit Hermeline, les babines toutes dorées, mettez-vous en chemin, poètes ! Nous suivons !
  • - Oui, conclut gravement Chou Fleur, si nous atteignons notre but, moi aussi je veux sillonner le monde, découvrir d’autres étoiles, d’autres planètes, tout l’espace !

 

(A suivre !)

16:40 Écrit par Hélène Merrick dans Dessins, Feuilleton, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

30/09/2018

Les Larmes de Glace 2018 (8)

 

 Les Larmes de Glace 2018 (8)

8) Hilaropodes et Hilarobalancelles

Un mètre ou deux au-dessus l’eau, de gros rochers flottent dans l’air. A leur surface, des petites créatures aux yeux exorbités. Côté ciel, elles se balancent au gré de leur fantaisie, car aucun souffle ne perturbe la nappe chatoyante de la mer.

Hilaro.jpg

  • Broum, broum pschiii… ronronnent-elles en chœur.
  • A quoi ça ressemble ça, ricane Hermeline
  • Ca n’a rien d’humain, renchérit Poco, ravi.

Hermeline se campe sur ses longues pattes et apostrophe les bestioles mouvantes :

  • Hep, vous ! Pouvez-vous articuler autre chose que votre litanie ?

Côté mer, le même type de bébête s’agitent, la tête en bas. L’une d’elle cesse de rouler des prunelles et pose un regard écarquillé sur nos amis :

  • Tirez sur ma boucle, prononce-t-elle avec un amusant sifflement.

Hermeline attrape la boucle orange

  • Au moins vous avez la même couleur de cheveux, s’esclaffe Poco
  • Poc, fait la bête en se détachant du rocher. Plac, en se collant à la paume humaine.

Le sable de la page continue d’onduler sans relâche, l’hilaropode danse à contresens sous la main d’Hermeline.

  • Laissez-moi la tête en bas, je vous prie Madame, siffle-t-il .

     

Ses prunelles circulent de droite à gauche, de haut en bas, sans souci de symétrie. L’effet en est si saisissant et comique que nos compères en demeurent bouche bée.

  • Vous désirez ? s’impatiente l’Hilaropode
  • Notre vaisseau spatial a été aspiré par le sable, dites-nous comment partir d’ici ; avez-vous des techniciens, des machines, un laboratoire, une usine ?

Silence.

  • Je crois comprendre que vous ne désirez pas répondre, pourquoi ?
  • Vous n’êtes pas en deçà de la vérité.

« Ma parole, il ne leur manque qu’un chapeau haut de forme et un smoking queue de pie ! » s’agace Hermeline

  • Encore une fois, soyez assez aimable pour nous indiquer un endroit où nous pourrions fabriquer un nouveau vaisseau ? Sinon, comment extraire le nôtre de votre sol, s’il vous plait ? Est-ce trop demander ?

    Zipoc.jpg

     

Pendant ce temps, Poco, oubliant tout souci malgré l’instabilité du sol, s’intéresse aux créatures qui dodelinent à la surface des Iles Flottantes. Le nez en l’air, il interroge :

  • Vous n’êtes pas fatigués de vous tortiller comme ça ?
  • Nous sommes les Hilarobalancelles, stridulent les agités
  • Que faites-vous ?
  • Nous bougeons au gré des brises du large qui nous apportent des airs lointains
  • Et pourquoi, pourquoi ? s’excite Poco
  • Pour équilibrer l’île et travailler nos muscles
  • Ne les taquine pas trop, intervient Chou Fleur, sinon ils ne vous dévoileront rien et vous ne pourrez jamais plus quitter la Planète Gloutine.

L’Hilaropode silencieux, se décide à renouer le dialogue avec Hermeline :

  • Veuillez avoir l’obligeance de me replacer sous mon île, je pourrai ainsi communiquer avec les Zipocs.

« Poc truiittt », il se recolle sur son rocher volant. Les Hilarobalancelles se taisent sagement, tout en continuant de tanguer comme des ivrognes.

 

Zipoc envers & hilaro.jpg

L’Hilaropode déroule sa boucle et la plonge dans la mer. Après quelques tâtonnements, force bulles et vagues d’émeraude, il en extirpe un hippocampe ruisselant, furieux, emberlificoté dans la mèche.

  • Qu’y a-t-il encore ? grogne le Zipoc
  • Hello ! s’écrie Hermeline réjouie.

Cette planète commence à l’enchanter, elle flanque des coups de coude à Poco occupé à faire le clown sur le sable.

L’horizon cependant se gondole, la mer remue de façon inquiétante. Hermeline, bizarrement enivrée, réagit à peine quand la fouettent les vagues menaçantes. Poco, Chou Fleur et Lori la traîne au plus loin des flots.

Chou Fleur les prévient :

  • Ne vous moquez pas du Zipoc, il a très mauvais caractère, il déteste sortir de l’eau contre son gré
  • Tout le monde est susceptible ici, constate Poco dépité.

L’Hilaropode s’adresse au Zipoc :

  • Fais circuler des ondes : ces étrangers veulent quitter Gloutine
  • Pffouahh ! On me réveille pour une broutille ? Quelle pitié ! On me demande à moi, si j’ai besoin d’aide ? Je retourne dans mon trou, débrouillez-vous !

Libéré, il s’empresse de plonger. Profitant de l’eau claire, Hermeline et Poco le suivent, heureux de nager dans des eaux transparentes. Ils en oublient un instant leur projet. Le Zipoc les entraîne vers une clairière de fleurs sous-marines. De ses sourcils froncés jaillissent de petites antennes. Des rangées de conques, disposées en immenses colliers, clignotent, éclairant par intermittences les fonds sous-marins.

conques.jpg

  • Quel monde sur cette planète, s’extasie Poco
  • Des merveilles sous la mer aussi.
  • Ce sont les conques qui propagent les ondes, les messages, les chansons, murmure le Zipoc, attentif à sa mission.

Quelques conques s’abandonnent à des bâillements démesurés ; le Zipoc s’entretient en silence avec les énormes coquillages.

(A suivre !)

18:19 Écrit par Hélène Merrick dans Dessins, Feuilleton, Livre | Lien permanent | Commentaires (1)

25/09/2018

Les Larmes de Glace 2018 (7)

Les Larmes de Glace 2018 (7)

 Gloutine gloutonne (7)

- Ta planète gourmande est charmante, Poco, mais au fond, je préfère retourner chez les Nieus

- Pourquoi ? Il y a tant à découvrir ici, on se croirait presque sur ta planète d’origine, la Terre, tu devrais être contente

- Je voudrais ouvrir la porte qui se trouve au fond de ma caverne, je te l’ai déjà dit. Mais … Qu’ont-ils donc, ces fleuris ?

Sans raison apparente, les Gloutifleurs, paralysés, dévisagent Hermeline avec terreur.

  • Qu’ai-je fait ? Qu’ai-je dit ?
  • Tu évoquais la porte mystérieuse de la planète des Nieus
  • Aaargh, s’étranglent les Gloutifleurs.

Ils s’enfuient précipitamment, abandonnant leur goûter.

  • Incompréhensible, murmure Hermeline, des fous sans doute, partons donc à la recherche des Hilaropodes, s’ils peuvent retaper notre vaisseau.

    maman enfant arbre.jpg

Après quelques pas :

  • Oh la la ! mais qu’y a-t-il donc dans ce miel ?
  • Je fais des rêves éveillés, balbutie Poco
  • Leur miel ! Il enivre ! 
  • Pas étonnant qu’ils en avalent tant
  • Vous n’êtes pas habitués, proteste Chou Fleur, vos estomacs sont empoisonnés par des mets artificiels ! Le miel de Gloutine est pur, naturel …
  • Je veux partir, dit Hermeline

Titubant, Poco et Lori la suivent sur le chemin de la plage. Chou Fleur, plein d’entrain, gambade autour d’eux.

Lori vertical.jpg

  • Tu entends Hermeline ?
  • Oui ! Le sable chante, il résonne à mes oreilles, plus encore qu’avant ce repas bizarre
  • Ca tangue !

Le sable ondule sous leurs pieds.

  • Quelle horreur ! Un tremblement de sol !

Poco vacille, Hermeline s’effondre, les grains dorés s’élèvent en tempête, s’enroulent sur l’aéronieu échoué près de l’eau.

  • Oh non ! Pas ça !

Inexorablement, le vaisseau s’enfonce sous les rafales. Il disparaît dans les profondeurs de la planète Gloutine.

  • Gloutonne, devrait se nommer cette planète cannibale, sanglote Hermeline, comment nous en sortir, à présent ?

Lori, blotti dans ses bras, gémit, s’agrippe à ses cheveux, tremblant comme une feuille sur le point de tomber.

- Où trouver un autre véhicule spatial ?

Chou Fleur tente de les rassurer :

  • Ici nous n’utilisons aucun moyen de transport de ce genre, mais si vous voulez me suivre, je vous conduis aux Hilaropodes, d’anciens ingénieurs du cosmos, des Numades comme vous, installés ici depuis des années-lumière.
  • Allons-y sans tarder ! s’écrie Poco.

(A suivre)

 

 

 

 

 

14:08 Écrit par Hélène Merrick dans Dessins, Feuilleton, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

21/09/2018

Les Larmes de Glace 2018 (6)

Gloutine et Gloutifleurs (6)

Sans perdre de temps, Chou Fleur s'est installé au pied de l'arbre à miel ; une branche entre les pattes, il savoure la liqueur sucrée, douce comme une crème, élastique comme de la résine. Hermeline, Poco, Lori et les autres s'adonnent à la même succulente occupation.

Tout sourires, des personnages fleuris, élancés, apparaissent autour de nos amis : "Bop", affirment-ils avec urbanité. Hermeline, les babines enrubannées de sucre, interroge Poco du regard.

fleur et lori.jpg

- Voici les Gloutifleurs, explique-t-il sobrement sans cesser d'engloutir son dessert doré

- Terriens ? Numades ? Galactiques? s'enquièrent les Fleurs ondulantes

- Numades de Nieu, répond Hermeline.

Devant la délicate allure de ses hôtes, elle s'incline avec grâce.

- Bop ! entonnent les fleurs joyeuses, bienvenue à vous et aux Nieus qui vous ont accompagnés, nous sommes les habitants de Gloutine.

Souples et gais, les Gloutifleurs tournent autour des arrivants, les effleurent de leurs pétales parfumés.

- Pourriez-vous nous aider à réparer notre vaisseau spatial, demande Poco

- C'est aux Hilaropodes qu'il faut s'adresser pour ce genre d'activité.

Sans plus de détail, les voici calés les uns aux autres pour déguster ensemble de grandes goulées de miel.

- Je n'ai rien compris à leur réponse, se plaint Poco, ils ne pensent qu'à manger ici, c'est insensé!

Gloutifleur pastille.jpg

 

(A suivre !) 

19:30 Écrit par Hélène Merrick dans Dessins, Feuilleton, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

20/09/2018

Les Larmes de Glace 2018 (5)

Gloutine et Gloutinains (5)

Dans un bruit assourdissant de ferrailles brinquebalantes, l’aéronieu survole une vaste étendue d’eau scintillante ; à quelques mètres de sa surface flottent en l'air des blocs ovales comme des galets.

  • Que sont ces gros cailloux suspendus ? s’enquiert Hermeline
  • Des Iles Flottantes, répond Chou-Fleur
  • Elles ne m’ont pas l’air stable, posons-nous sur une plage, si l’état de notre vaisseau le permet.

L’appareil glisse sans mal sur du sable aux reflets fauves. Les occupants posent le pied sur le sol inconnu.

Hermeline s’étire avec volupté :

  • Mmmm… Comme ce sable est doux à mes pattes sensibles !
  • S’il n’était que doux, exhale le gloutichien, ravi, écoute-le, toi qui viens d’ailleurs
  • Ecouter le sable ?

Hermeline s’étend sur la nappe d’or aux grains fins comme de la poudre

  • Mais … il chante ? On dirait des clochettes, du cristal qui vibre, des harpes qui se répondent
  • Ne te l’ai-je pas dit, Hermeline ? Magnifique, extraordinaire ! s’exclame Poco, en roulant sur le sol

Hermeline court sur la plage, escorté par un Chou Fleur bondissant

  • Peux-t-on se baigner dans cette eau ? N’est-elle pas empoisonnée ? Oh, qui vient là ?

Ours Bleu et copains.jpg

Un ours au pelage bleu-gris, accoudé à un arbre juteux, les contemple d’un air narquois. Derrière lui, des petites frimousses émergent des broussailles, yeux écarquillés, pattes fébriles, portraits crachés des suricates vivant sur la planète Terre.

Le groupe s’avance sans peur vers les voyageurs. L’Ours tend à Hermeline une branche enduite de pâte dorée :

  • Me ferez-vous la grâce de goûter notre miel ?
  • Fichtre, souffle la Terrienne dont les yeux papillonnent.
  • Je te l’avais bien dit, répète Poco, content de lui.

 

(A suivre !)

18:13 Écrit par Hélène Merrick dans Dessins, Feuilleton, Livre | Lien permanent | Commentaires (1)

19/09/2018

Les Larmes de Glace 2018 (4)

Les Larmes de Glace 2018

 

4) Une nouvelle planète

 

Espace bleu, vert, noir, planètes et étoiles,

Nous sommes tout petits dans l’univers

A la recherche d’une Terre,

Etoiles tombées du ciel …

Lori&Vert.jpg

  • - Mais ! Que se passe-t-il encore ? On se croirait dans une fête foraine

L’obscurité s’éclaire plaisamment de millions d’étincelles, d’éclairs pailletés. On se précipite contre les parois transparentes. Au même instant, le vaisseau se met à vibrer, aspiré par l’amas de lumières.

  • - Poco ! Sur quoi allons-nous nous fracasser ?

Un aboiement impatient surprend les passagers collés au hublot.

  • - Qu’y a-t-il, chien vert ?
  • - Ouahh ! hurle Poco
  • - Toi aussi tu aboies maintenant ?!
  • - La voilà ! Regarde, la voilà, la Planète Gloutine !
  • - Où donc ? J’en vois plusieurs, ce qui m’inquiète c’est laquelle va nous pulvériser !

    Herm,Poco, Gloutine.jpg

Le gloutichien, nullement perturbé par la vitesse fulgurante du vaisseau en détresse, cabriole, tire les oreilles de Lori, les trois mètres de queue d’Hermeline, éparpille les Nieus, bouscule tout le monde. Quel chaos !

  • - Quelle planète ? trépigne Hermeline
  • - Celle qui a des oreilles !
  • - Sac à papier ! Des oreilles ?
  • - Mais oui, c’est là où je veux aller, dans les oreilles
  • - Répugnant !

Hermeline lève les yeux au ciel, encore cramponnée à son siège :

  • - Une planète avec des oreilles, du miel, et quoi encore, des meringues glacées… ?
  • - Des Iles Flottantes, corrige le chien vert d’un ton docte

Eberlués, Poco et Hermeline se tournent vers lui :

  • - Ainsi tu parles, étranger à fourrure ?
  • - Parfaitement, répond le chien vert, satisfait, et comme mon nom est imprononçable dans votre langue, appelez-moi Vert, ou Green, ou Grüny …
  • - Vert, ça ira, ne nous embrouille pas !
  • - Ark, ark ! s’énerve Lori en agitant ses longs doigts
  • - Oh, on ne voit plus rien …

    atterriss Gloutine pdf.jpg

Surgie du néant, une pâle lueur s’élargit, droit devant les voyageurs, une énorme planète verte les regarde effrontément, deux immenses océans ironiques en guise d’yeux, au cœur d’un visage rond aux oreilles de chat.

  • - Lori, halète Hermeline, dis-moi, saurais-tu retrouver ton satellite ? Je veux partir d’ici, vite ! Où est le module de survie ? Je m’éjecte !
  • - Trop tard, froussarde !
  • - Mais elle nous absorbe ! Ta planète sucrée va nous avaler tout crus, nous tombons droit dans sa bouche !
  • - Ressaisis-toi, Hermeline, la vitesse décroît, nous allons nous poser sans encombre.
  • - On arrive, murmure avec délectation Chien Vert.

 

                 (A suivre !)

18:25 Écrit par Hélène Merrick dans Dessins, Feuilleton, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique