logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

26/10/2015

Fragments de bloguinade 2015

Petites photos amateurs pour situer les bons moments à Orléans chez Maminie

A table Maminie.jpeg

A table en attendant tout le monde

Ln, Fanf, Christiane.jpg

Dans les rues d'Orléans

groupe & ln quai Loire.jpg

On se bouscule sur le quai en attendant les bateaux

DSCN1959.jpeg

Promenade le long du Loiret

Ln rues Oléans.JPG

Tout le monde regarde en l'air : sur une cheminée est dessiné un énorme chat (je le cherche, vous le verrez bientôt !)

16:14 Écrit par Hélène Merrick dans Souvenirs | Lien permanent | Commentaires (6)

06/10/2015

La Fille de Starfix (1er extrait)

Le début de l'aventure :

 

«  LA FILLE » de STARFIX

 

             (1ère partie)

                       Des Années Glam’

 

   « Les Aventuriers du Bout du Monde, Cinéma Normandie, 10 h, tu y vas de ma part »

 Première projection de presse de ma vie ! Doug Headline précise : « L’attachée de presse est Agnès Goldman ». Attachée de presse ? Qu’est-ce que c’est ?

 Le matin dit, je me pointe avec une demi-heure d’avance devant le Normandie. Il n’y a pas grand monde sur les Champs Elysées, personne devant le cinéma. Au bout d’un moment apparaît une belle jeune femme, longs cheveux blonds dans le dos ; elle regarde alentour, me voit poireauter et s’approche, l’air soucieux.

-       Vous venez pour la projection ?

-       Oui (tremblotante), je viens de la part de Doug Headline pour Starfix

-       Attendez là !

 J’attends. Les minutes passent, quelques personnes arrivent, elles discutent entre elles, décontractées. Agnès commence à faire entrer. Je la suis.

-       Vous êtes ?

-       Starfix

-       Votre nom ?

 La colle ! Je n’ai pas réfléchi au problème ; le pseudonyme ! Les mâchoires bloquées, je murmure :

-       Lili (c’est comme ça que m’appelle Doug)

-       Lili comment (sévère) ?

-       Euh… Hurt, Lili Hurt

-       Vous n’êtes pas inscrite, personne ne m’a prévenue, bon, entrez.

 Ce nom d’emprunt n’est jamais apparu dans aucun magazine.

 A cette époque, j’étais raide dingue de John Hurt, j’avais versé toutes les larmes de l’univers en voyant Elephant Man ;

john hurt bain.jpg

c’était le début de la video, et je me passais en boucle « Le Cri du Sorcier» de Jerzy Skolimowski, en accélérant pour regarder uniquement les scènes avec John Hurt, notamment une où il sort du bain.

cri-du-sorcier-1978-04-g.jpg

 

 Me voilà dans la grande salle du cinéma Normandie, entourée de gens qui se connaissent, je me demande comment je pourrais bien faire partie de ce cénacle.

 J’ai un carnet et un stylo à la main. Durant des années, je vais prendre des notes pendant toutes les projections, parfois jusqu’à remplir des pages entières de descriptions des séquences, des dialogues, de mes réactions de spectatrice. .."

 

Note : depuis le "succès" de Facebook, la plupart des ami(e)s de Blog 50 désertent ce club de correspondance amical. On peut passer de l'un à l'autre. Blog 50 a été et reste le seul Blog que j'ai jamais ouvert et je resterai ici tant qu'il existera. Ceux qui veulent me suivre m'y trouveront, comme ils peuvent  me trouver sur Facebook et dans le groupe "STARFIX POUR TOUJOURS". (le précédent groupe "STARFIX forever" m'a été piraté et détruit)

Blog 50 est le gardien de mes souvenirs, de quelques photos d'hier et d'aujourd'hui, un carnet que l'on ouvre en feuilletant les pages au hasard.

Je confierai des extraits de livres, que ce soit de "La Fille de Starfix", qui peut intéresser les amoureux du cinéma, ou "Les Cellules Etoîlées", une comédie fantastique parue aussi chez écrituriales, ou encore un roman d'heroïc fantasy qui me tient à coeur et que je n'ai publié qu'en eBook : "Fée Rouge". Je l'ai illustré, et j'espère un jour le voir publié sur papier. On verra... Qui vivra verra ?!

13:33 Écrit par Hélène Merrick dans Souvenirs | Lien permanent | Commentaires (7)

24/05/2015

La Fille de Starfix (présentation 2)

Je continue mon petit boulot !

 

présntation fille SX pour blog.jpg

23:25 Écrit par Hélène Merrick dans Souvenirs | Lien permanent | Commentaires (1)

La Fille de Starfix (tm)

Chers amis de Blog 50, quand on tape mon nom sur internet, on tombe tout de suite sur Blog 50 "C'est ma vie" ; ceux qui me connaissent un peu ou ont envie de me lire s'étonnent de ne pas y voir des notes concernant mes souvenirs professionnels. Pour eux et pour vous, voici une présentation de ce que j'ai raconté dans "La Fille de Starfix" :

couve dossier la fille.jpg

(Le titre et le logo Starfix appartiennent à Patrice Girod de Starfix Productions, qui m’a aimablement autorisée à les utiliser pour mon livre de souvenirs).

La marque Starfix est une marque déposée par la société Starfix Productions. Toute reproduction sans autorisation du propriétaire est susceptible de constituer une contrefaçon.

 

                    Quelques mots sur « La Fille de Starfix »

                                      par Hélène Merrick

  En 1983 paraissait le premier numéro de STARFIX, un magazine mensuel de cinéma si différent des autres qu’il continue, plusieurs décennies après, de susciter l’engouement des lecteurs de l’époque et de leurs descendants.

  « La Fille de Starfix » est un livre est totalement subjectif : j’ai vécu à Starfix des moments si intenses qu’il me fallait un jour en raconter certains. J’ai été la seule fille journaliste au cœur de la rédaction jusqu’en janvier 1990. Des filles sont passées brièvement au cours de ces années, le temps de trouver leur propre voie. Fin 1990, Starfix a tiré sa révérence après 90 numéros.

  Les piliers de Starfix, Doug Headline, Christophe Gans, Nicolas Boukhrief, François Cognard, Frédéric Albert Lévy, m’ont fait confiance, m’ont aimée, sont restés mes meilleurs amis.

   Christophe Lemaire, rédacteur à Starfix et ami, toujours aussi populaire en ces années 2000, m’a inspiré le titre de ce livre : il me présente toujours comme : « Hélène Merrick, la fille de Starfix » ! Je suis toujours surprise qu’on se souvienne si bien de mes articles et de mon nom. Les réunions de rédaction, les interviews, les festivals, les rencontres, il y a de tout dans ces pages, des débuts, des éclats, des doutes, des gaffes, des réussites, surtout de l’enthousiasme et un amour indéfectible pour Starfix.    

   Dans la mémoire collective, Starfix demeure une référence cinéphile autant qu’une ouverture sur les films populaires ; drôle, insolent, explorateur, novateur, aussi cultivé que culotté, Starfix a bouleversé la vision du public sur le cinéma.

 J’en ai fait partie, Starfix a marqué ma vie. Partagez-le avec moi.

(Edité par écrituriales, imprimé par SoBook)

 

22:57 Écrit par Hélène Merrick dans Souvenirs | Lien permanent | Commentaires (0)

11/09/2014

La Fille de Starfix

Bonjour mes amis ! Nous nous retrouvons de temps en temps brièvement sur Facebook, mais ce n'est pas aussi convivial qu'ici, sûr et certain ! Ce Blog 50 m'apparait comme un club de correspondance, un peu intimiste, il m'évoque le petit roman "Le Cercle Littéraire des amateurs d'épluchures de patates", très drôle (en poche, ça vaut la peine d'être lu!). Ne pas y venir, c'est un peu de la paresse, de ma part en tout cas, et je trouve ça dommage. 

Henri Hélène.jpg

Je me suis arrêtée sur le "grand voyage" de Christian, pour les vivants c'est une fin peut-être, pour lui, peut-être un début, qui sait ? Alors aujourd'hui, pour Vivre encore, comme dit le merveilleux Bernard Lavilliers, je me décide à vous présenter des souvenirs particuliers : ceux des six années que j'ai passées au coeur d'un magazine de cinéma des années 80, STARFIX. Le titre est tout bête : "La Fille de Starfix", parce que j'étais là au début et presque jusqu'à la fin de sa parution. D'autres filles sont passées, mais aucune n'est restée aussi longtemps que moi, ce qui m'a valu de la part de mes amis et collègues ce surnom de fille de Starfix !

ma couve préférée.jpg

Au début, on y parlait surtout de films fantastiques, d'action, policiers, science-fiction, aventures, puis ça s'est élargi au cinéma traditionnel. Il n'est pas nécessaire de connaître les films pour lire mes souvenirs, je voulais juste partager cette expérience unique, ne rien oublier, car ce fut la plus belle partie de ma vie, elle a si vite passée, a duré si peu de temps et malgré ça, est restée la plus vivante de toutes. La mémoire est féroce, si elle me quitte un jour, au mois je n'aurais pas tout perdu aux yeux de la Vie en ayant écrit ça.

bannière ln.jpg

 

Comme les éditeurs classiques, ceux qui acceptent de fabriquer des livres en papier, n'ont pas daigné prendre en considération mes gribouillis, je n'ai eu de recours que d'en fabriquer un ebook. La façon la plus simple d'y arriver, c'était de suivre les instruction de kindle amazon, comme pour Fée Rouge. Si vous avez envie de connaître le quotidien d'une revue et celui d'une rédactrice des années 80, une application permet d'y accéder. En attendant voici la couverture (bidouillée par moi-même! à droite du bandeau ci-dessus) et la présentation du contenu.

Avançons, vivons, continuons, résistons !

Je vous embrasse tous chaleureusement.

Quelques mots sur « La Fille de Starfix »

                               par Hélène Merrick

 

  En 1983 paraissait le premier numéro de STARFIX, un magazine mensuel de cinéma si différent des autres qu’il continue, plusieurs décennies après, de susciter l’engouement des lecteurs de l’époque et de leurs descendants.

  « La Fille de Starfix » est un livre est totalement subjectif : j’ai vécu à Starfix des moments si intenses qu’il me fallait un jour en raconter certains. J’ai été la seule fille journaliste au cœur de la rédaction jusqu’en janvier 1990. Des filles sont passées brièvement au cours de ces années, elles ne sont pas restées. Fin 1990, Starfix a tiré sa révérence après 90 numéros.

  Les piliers de Starfix, Doug Headline, Christophe Gans, Nicolas Boukhrief, François Cognard, Frédéric Albert Lévy, m’ont fait confiance, m’ont aimée, sont restés mes meilleurs amis.

 Christophe Lemaire, rédacteur à Starfix et ami, toujours aussi populaire en ces années 2000, m’a inspiré le titre de ce livre : il me présente toujours comme : « Hélène Merrick, la fille de Starfix » ! Je suis toujours surprise qu’on se souvienne si bien de mes articles et de mon nom. Les réunions de rédaction, les interviews, les festivals, les rencontres, il y a de tout dans ces pages, des débuts, des éclats, des doutes, des gaffes, des réussites, surtout de l’enthousiasme et un amour indéfectible pour Starfix. 

  Dans la mémoire collective, Starfix demeure une référence cinéphile autant qu’une ouverture sur les films populaires ; drôle, insolent, explorateur, novateur, aussi cultivé que culotté, Starfix a bouleversé la vision du public sur le cinéma.

  J’en ai fait partie, Starfix a marqué ma vie. Partagez-le avec moi.

 

      ***

Pour découvrir des photos, aller sur le groupe « STARFIX forever » sur ma page Facebook "Hélène Merrick"


 

           

 

10:18 Écrit par Hélène Merrick dans Souvenirs | Lien permanent | Commentaires (12)

05/04/2014

Ma petite !

Voici Inge, la poupée de mes huit ans ! Je ne pouvais pas rêver plus joli cadeau pour mes ... 18 ans en 68 (débrouillez-vous avec ça! C'est vrai que mon Grand Frisé m'a si bien photographiée que j'ai l'air d'être ma fille, ça fait toujours plaisir). Quelqu'un de bien sympathique a mis cette beauté haute de 50 cm sur ebay, et j'ai ainsi pu retrouver ma Inge !

Inge sur table et ordi.JPGVoyez comme elle est jolie ! Ses petites boucles rebiquent sur les oreilles, une caractéristique des poupées allemandes des années 50. Les poupées françaises comme la célèbre Françoise ou les petits Colin avaient les cheveux tournés vers l'intérieur, voilà pourquoi je ne la trouvais pas, ne sachant pas d'où elle venait. C'était des neveux de mon Papa qui m'en avaient offerte une, achetée à Athènes. Ils venaient de Grèce pour se rendre en Amérique et avaient fait escale à Paris. C'est grâce à une ancienne photo (ci-dessous avec mon cousin) qu'une experte du Musée de la Poupée à Paris m'avait donné cette indication sur les cheveux de Inge et sur sa provenance.

poupées terrasse.jpg

poupée boucle.jpg

Si un jour (!) je trouve le temps, j'essaierai de lui coudre le même manteau qu'autrefois, comme ça elle ressemblera vraiment à ma petite

Inge et Hélène.JPG

20:42 Écrit par Hélène Merrick dans Souvenirs | Lien permanent | Commentaires (16)

27/03/2014

Des nouvelles et une poupée !

Merci à ceux qui se sont inquiété de ma santé, ça va bien, j'ai eu quelques vertiges embêtants, mais rien de grave !

Une lectrice de nos blogs est passée par une note ancienne où je parlais d'une poupée qu'on m'avait offerte il y bien longtemps et que je recherche encore aujourd'hui sur les sites de jouets, voici donc de nouveau sa photo et ses cordonnées (ah ah, qu'elle m'appelle, la petite Inge, je l 'accueillerai à bras ouverts ! :)

Poupée 1.jpg

 

Celle qui a les bras en l'air au fond et celle qui se trouve à sa gauche de trois quarts, elles sont exactement le portrait de ma "Inge", de chez Schildkrot, fabrication allemande des années 50 (53 je pense) Un de mes oncles et sa femme l'avaient achetée à Athènes (il y a toujours eu des échanges commerciaux entre la Grèce et l'Allemagne après la guerre) me l'avaient offerte.

Je l'ai traquée sur le net et vais m'y remettre, peut-être cette fois-ci vais-je la trouver !

Poupée 2.jpg

La voici assise à gauche, qu'elle est mignonne ! Les souvenirs d'enfance sont tenaces, je cherche toujours les très rares objets qui m'entouraient. Les jouets, il y en avait peu ou pas du tout chez nous, d'abord nous n'étions pas riches, j'avais hérité du vieux nounours de ma soeur aînée, c'est tout, alors cette poupée-ci c'était enfin une poupée à moi, la seule et unique ! Et il n'existait pas cette débauche de jeux et jouets qui doivent rendre fous d'envie les enfants d'aujourd'hui !

11:03 Écrit par Hélène Merrick dans Blog, Souvenirs | Lien permanent | Commentaires (11)

03/10/2013

Divan du Monde

Sous ce joli nom, c'est un petit théâtre de Pigalle qui accueille des concerts. Un balcon, des planches, un bar dans la salle qui sert surtout de la bière en attendant que les artistes se mettent en place

Bar Divan du Monde.JPG

Hier soir, mercredi 2 octobre 2013, je suis allée dans cette salle pour un concert de Dorian Gray, un chanteur pop rock à la belle voix. J'ai été surprise qu'on ait enlevé les sièges, car il n'y avait pas là de quoi "pogoter" (sauter en l'air en rythme, un terme inventé par Sid Vicious des Sex Pistols) comme dans les concerts de gros rock.

Le public (ici les premières arrivées patientent contre la scène !) : des filles, des jeunes, des mamans, des dames âgées. Au début du concert, j'ai dénombré cinq messieurs, dont deux photographes pour une centaine de filles.

L'espace était assez rempli pour donner envie aux musiciens de faire de leur mieux, sans avoir l'impression de se défoncer devant une salle vide.

C'était fatigant pour moi de rester debout, mais dès que j'ai vu arriver le premier groupe, j'ai tout oublié :

tous concert Dorian.JPG

Le chanteur, c'est Dorian Gray, et comme ses musiciens, il a l'air jeune, mais il a de la bouteille, de l'expérience. Au fond à gauche, le guitariste Mike Gunsdiamonds, et devant, à la basse, Sire Johannès de Faubourg, ces deux derniers ont fondé le groupe que j'adore, Triste Sire, (en "stand by" pour l'instant)

Johannès chante en ce moment sous le nom de Daniel Armand, vous le connaissez ! (sinon, écoutez Le Grand Nord, ou Mon Dahlia, c'est beau!)

salut fin (2).JPG

Salut de fin de concert, ici la moitié des musiciens, j'ai pris une trentaine de photos, beaucoup sont floues ! je vous montre la plus floue, c'est ...moi de retour à la maison :

LN retour concert (floue !).JPG

Allez, encore un petit coup :

Dorian & Joh (belle)!.JPG

Prochaine note : suite des salades éditoriales avec mon livre !

12:40 Écrit par Hélène Merrick dans Blog, Musique, Souvenirs | Lien permanent | Commentaires (7)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique