logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

09/10/2010

Libérons le Grillon !

enfant livre cuisine.jpg

LibéRONS le GriLLON !

 

Envahi quotidiennement par des marques d’affection de plus en plus nombreuses et insistantes, notre Grillon panique dans son terrier (il faudra m’expliquer un jour pourquoi un grillon habite un terrier ! Est-il en cheville avec des taupes ? des lapins ? des blaireaux ? Je m’égare)

Pour en revenir à cette nouvelle et gravissime crise de Blog 50, Grillonnet moins heureux que d’habitude nous pose une colle : préférez-vous que je réponde à toutes vos suppliques, demandes de renseignements, récriminations, encouragements et espoirs les plus fous ?

Ou préférez-vous lire ma prose et admirer mes photos ? (les deux étant splendides et vécues, il faut le reconnaître). Entre le voyage en Ethiopie, après la Thaïlande et bien d’autres, est-il nécessaire ou seulement inhumain de bloquer le Grillon dans le terrier une demi-journée minimum , et ça, tous les jours de sa vie, pour répondre à des sollicitations comme :

- Il fait beau chez moi, et chez toi ?

- J’ai passé un merveilleux week end en famille, et toi ?

- Que penses-tu du passage des cigognes ?

- As-tu tondu ta pelouse ?

- Avec quoi ?

- Quel engrais utilises-tu ?

- Comment cuire de la confiture compacte ?

- Le facteur sonne-t-il toujours deux fois ?

- Qui a cassé le vase de Soissons ?

- Quel âge a la reine Elisabeth ?

- Comment s’appelle ta concierge (la mienne : Elisabeth justement, vous voyez comme c’est fascinant)

En bref comme en cent et tant va la mouche à l’eau qu’à la fin elle passe par le trou d’une aiguille, laissons donc Christian le Grillon être réellement heureux !

Pas seulement dans son terrier, mais hors de son terrier, sous le soleil au cœur des arbres roux de l’automne, bientôt marchant joyeusement sur la neige, et surtout, surtout, ne se tracassant plus le cervelet : « Il faut que je réponde, il faut que je leur réponde ! »

En lui donnant mon avis, j’ai comparé internet à une bête vorace et jamais repue ; nos blogs ne doivent pas être comme ça, nous les avons créés pour nous amuser, pour « nous entr’aider », comme le grillon me l’a dit dès son premier commentaire. Entr’aidons le grillon !

Parlons-nous quand nous le pouvons ! quand nous en avons envie !

A bas les cadences infernales !

Libérez les grillons ! LIBéRONS LE GRILLON !!!

 

18:10 Écrit par Hélène Merrick dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : liberté, évasion, par-dessus les moulins!

23/06/2010

Les Petits Ruisseaux

Plutôt qu'une critique "classique", je voudrais vous faire découvrir ce film délicieux et enthousiasmant en images

"Les petits ruisseaux font courir les bouchons, bouchons de pêche et bouchons de liège" :

Prévost-Ogier dansent.jpg
(La page ci-dessus est extraite du dossier de presse que l'on donne aux journalistes  avant la projection du film.)
En dansant une valse tendre avec Bulle Ogier, Daniel Prévost a une révélation : il est un homme libre et sa vie est devant lui, il peut en faire ce qu'il veut.
ti ruiss voiture.jpg
Au départ, Emile (Daniel Prévost), retraité et veuf, ne cherche pas l'aventure, il boit des coups avec ses copains et va à la pêche avec son pote Edmond (Philippe Nahon). Il ne semble pas très joyeux, mais bientôt tout va changer. Emile ne se doute pas qu'Edmond a ses petits secrets, un violon d'Ingres artistique et une vie sentimentale et sexuelle très active!
Prévost Nahon pêche.jpg
Un jour, Edmond n'est plus là, ce n'est que le début du film, et la vie d'Emile va basculer, s'épanouir :

Comme sur les tableaux de nus féminins très colorés et vivants de son ami, Emile se met à voir la vraie nature des femmes, leur corps caché par des vêtements, il part à la découverte dans sa petite voiture sans permis, et la suite, je vous laisse la déguster, car la route d'Emile est riche en rencontres, en surprises et en réjouissances.

 

Prévost-Vincent joyeux.jpg

Le réalisateur Pascal Rabaté a adapté son propre album de bande dessinée, Les Petits Ruisseaux, et le choix de ses acteurs est le meilleur qui soit ! C'est la première fois à ma connaissance que l'on parle réellement de la sexualité et de la vie sentimentales et amoureuse du "troisième âge", avec simplicité, fantaisie, drôlerie et émotion. La nudité, les élans, les désirs, les paniques ...

"C'est tellement simple l'Amour", disait Arletty dans "Les Enfants du Paradis", c'est ce qu'on pense et que l'on ressent en voyant Les Petits Ruisseaux !

Prévost et filles nues.jpg

Daniel Prévost tout heureux de rencontrer des nouveaux (et nouvelles) ami(e)s chez qui l'esprit des années 70 règne dans la plus charmante harmonie

 

Ptits Ruiss demi-affich.jpg

Les petits Ruisseaux méritent plein d'étoiles ! ***** au moins, et même six pour sa vivacité, sa tendresse, sa justesse, son impertinence...

Un pied de nez aux rabat-joie et aux plus jeunes qui croient que la vie s'arrête à trente-cinq ans !!!

 

Phrase &voit.pet.ruiss.jpg

La solution est peut-être dans "cultivez votre jardin", mais le jardin c'est la terre, le monde, aujourd'hui et demain l!

BONNE ROUTE !

(Les petites phrases :

• "Les petits ruiseaux ne font pas les plus grandes inondations, comme les grands crus ne font pas forcément les meilleurs cuites!"

• "Les petits ruisseaux se mettent à nu et à l'eau, qui ponce les galets et nettoie les corps, purifie les esprits et les trouble, comme elle le fait avec le pastis"

• "Les petits ruisseaux frétillent du gardon et frétillent tout court : merde à la mort et vive la vie !")

 

 

 

 

 

13:14 Écrit par Hélène Merrick dans Film | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : bonheur, retraite, évasion, "sexe et drogue et rock and roll"

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique