logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

22/07/2011

Poisson - Chambre Chapitre 9

Chapitre 9 (hélène) :

Queue de Poisson, ou La Chambre sans nom - 9

M. et Mme Voisin n’aiment pas les bruits de fêtes. Ils n’aiment pas la musique, ils n’aiment pas les bonnes odeurs de cuisine, le parfum des oignons qui grésillent, celui du bon pain chaud, celui de la vanille des pâtisseries. Ce qu’ils veulent c’est embêter les autres. Justement, chez Fanfan et Gigi, il y a une flopée de gens qui s’amusent, s’esclaffent, trinquent, chantent, dansent et improvisent des figures à la Esther Williams dans la piscine. « Qu’allons-nous faire ? se demandent-ils, et si on leur balançait encore plus de bruit ? »

 

Trois belles et leurs poupées.jpg

A côté, l’ambiance est au zénith. Dominique et son piano démontable swinguent frénétiquement, entraînant avec lui les voix chaudes des messieurs et les ravissants sopranos des dames. Parfois on ne sait pas si ce sont elles ou eux qui vocifèrent ou gazouillent, tant est explosive la bonne humeur de tous.

Dominique a l’air pondéré et disert, c’est une homme svelte qui a l’air d’être né la veille, on ne comprend pas son obstination à se faire appeler « Papy »dom, vu que le lait maternel vient à peine d’être essuyé de son nez. Ce chérubin multi-doué, en plomberie comme en musique, sort deux cartons de son coffre à surprises, avec dedans des photos prises dans tous les pays du monde. Il les distribue à la ronde sous les acclamations de ses admirateurs médusés.

Pierrette et sa poupée.jpg

Encore des cadeaux, après les victuailles du Grillon, les sculptures en bois de Catherine et son doudou, les poupées de Fanfan et Gigi !

Pendant ce temps, les voisins ont appelé un numéro secret. Au bout du fil, deux personnages demeurés à l’Hôtel du Franc Courtois répondent : « Nous ne sommes pas agents pour rien ! Nous allons vous arranger ça illico. » Suit une avalanche d’invectives dans cette langue chantante que seuls Costaud le Frisé et Christian le Grillon ont reconnue, petit coréen par ci petit coréen par là, tico tico par ci tico tico par là, vamos à la playa, oh ohoh ohoh !

Au son des chants et du piano, soudain, sur la table du banquet des Comtois, des petits personnages s’agitent. Oui, ce sont les poupées, doudous, pas vaudous, Joelle vous l’a dit. Les sculpteurs pavoisent : « mais oui, le bois c’est vivant ! » Les poupées de bois, de laine, de coton s’animent, échappent à leurs propriétaires, dansent la gigue sur les plats.Christiane et sa poupée.jpg

A peine a-t-on le temps de réagir qu’un fracas se produit près du portail.

On entend les voisins rire à tue tête : « Ca va déchanter maintenant, chez les blogueurs ! »

Un barrissement accompagne cette menace. Au loin sur le sentier menant à la maison orange, une roulotte apparaît, une seconde, une troisième. Les barrissements redoublent. Des oreilles gigantesques se dressent au-dessus des barrières, trois éléphants, rien que ça, avancent à gros pas vers le pique nique. La terre tremble sous leur poids. Dix chevaux cavalent autour d’eux. Des écuyères, jongleurs, des acrobates s’agitent dessus et à leurs côtés.

« Tu fais vraiment les choses en grand, Fanfan ! », s’exclament les invités éblouis. « Mais c’est pas moi, » dit la Comtoise, ébaubie. « Alors c’est toi, Gigi ? » « Ben non, dit le z’amour de Fanfan, j’ai rien fait ! »

Réjouis les voisins croient avoir joué un mauvais tour aux invités. Manque de pot, l’arrivée d’un cirque ambulant est accueillie avec des vivats par les amis des Franc Comtois. Les petites poupées de bois se déchaînent et sautent au-devant des clowns et des trapézistes. Quelle soirée, mais quelle belle soirée !

Tourner du bois.jpgLes voisins, dépités, s’enferment et regardent un film à la télé, « Le Septième Sceau », d’Ingmar Bergman ; ils croient que c’est un film avec les Charlots, avec tartes à la crème et lancements de seaux d’eaux sur le voisinage et les gendarmes. Au milieu du film, ils se disent qu’ils vaudraient mieux aller vivre ailleurs, sur une île dont les habitants ne connaissent pas l’industrie du cinéma. Et même plutôt sur une île déserte, sans personne autour.

Pendant ce temps-là, de l’autre côté de la haie, la bloguinade bat son plein.

 

(A suivre !)

 

19:28 Écrit par Hélène Merrick dans Feuilleton | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : feuilleton collectif bloguinade romancée

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique