logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

03/11/2010

Panique à blog !

Panique à blog !

Saisie par une incompréhensible crise de panique, j’ai fermé les écoutilles pendant quelques jours.

Certains d’entre vous me l'avaient bien dit : Au début, « tout nouveau tout beau », on se précipite sur le blog chaque jour, comme si c’était un animal familier qu’il ne faut pas oublier de nourrir !

Et puis, on ne vient plus aussi souvent. On n’a rien à dire ? Bien sûr que si ! On s’est fait rabrouer ? Insulter ? Même pas !

J’ai essayé d’élaborer une théorie (une vague idée, quoi !) sur ce blocage (le mien et voilà-t-y pas qu’en écrivant « le mien », je me jette au cœur du problème). Voyez ci-dessous, si vous n’êtes pas déjà partis boire un coup :

Geo & moi, Trouville ?.jpgPourquoi « mes » souvenirs ?

C’est plus facile de dire « on », « nous », quand on raconte quelque chose (vous voyez ? « on » raconte !)

Comme un couple dit toujours « on » et « nous », je me suis sentie à l’abri depuis bien longtemps, plusieurs décennies carrément, depuis l’enfance, en me glissant dans le groupe de la famille, des enfants, des ami(e)s, des collègues, du mariage…Et même maintenant, dans le blog, je me prends à dire « sur nos blogs », « chez nous », « nous »…

Raconter mes souvenirs en utilisant le « je » ne vient jamais naturellement, je me force ! Je me pousse, parce qu’il est temps, tout simplement, d’arrêter de faire toujours passer les autres (mes autres) avant moi. Si je calcule, j’y ai consacré pratiquement tout mon temps. Les moments que je me suis accordés sont comme des bornes kilométriques espacées sur une très longue route, et je les repère tous très facilement et très vite.

En dehors des proches que j’ai cités, il y a ceux que j’ai rencontrés dans mon boulot. Je les interrogeais, je recueillais leurs confidences ou leurs informations, et je les restituais sur le papier, journal ou livre. C’était eux qui comptaient, eux les vedettes. Il y en a même eu parfois, des méprisants, des dédaigneux, des prétentieux. Vulgairement, je leur ai servi la soupe. Aux acteurs, aux auteurs, aux réalisateurs, aux techniciens, aux artistes. C’était mon travail ! Comme je ne suis pas une teigne, je les ai le plus souvent décrits à leur avantage ; pourquoi aurais-je démoli une personne qui avait accepté de me rencontrer et de me prêter de son temps ?

A ma grande surprise, vous autres, mes amis, vous venez lire mes histoires de famille et d’enfance, et regarder les photos de « nous » tous (peux pas m’en empêcher  !), alors je choisis de continuer. Pour moi autant que pour vous ; les miens réveillent les vôtres, de souvenirs, et c’est émouvant.

Quant aux photos, je me dis qu’au moins, elles vont continuer d’exister quelque part, dans cet infini et étrange espace d’internet, si jamais elles disparaissaient de mes tiroirs, si jamais je perdais la mémoire…  

Gros plan nous 4 plage.jpg

 

En voici, avec juste des légendes, car il est difficile de tout raconter !

Merci de me suivre et de m’accompagner, avec tous vos encouragements.

 

• Les deux petites filles, c'est ma grande soeur et moi, à Trouville il me semble, sur la place du Casino

• Nous quatre, sur la plage. Ils sourient tous les trois, et j'ai l'air renfrogné !

 

 

 

 

19:39 Écrit par Hélène Merrick dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : doute, nombrilisme?

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique